Égalités / Life

Moins téméraires, les hommes le sont toujours plus que les femmes

Temps de lecture : 2 min

Sergiu Alistar via Flickr CC License by

Moins d'audace, encore moins d'audace, toujours moins d'audace. L'homme des années 70 était fougueux et désireux de découvrir l'inconnu, il rêvait de parapente, de canyoning et de sports extrêmes.

Les années passant, il a perdu cette envie et finalement se satisfait pleinement du confort moderne.

Si en 1978 les hommes avaient 48% de chance de plus de montrer un intérêt pour le «frisson et la recherche d'aventure» que les femmes, cet écart est descendu à 28% en 2013, selon The Telegraph qui cite une étude de l'université de St Andrews.

Rennet Stowe via Flickr CC License by

La réduction de cet écart est davantage dû à une baisse de l'appétit masculin pour les challenges qu'à un changement chez les femmes, ont constaté le docteur Kate Cross et ses collègues en se penchant sur les données de 72 jeux de données collectées ces 40 dernières années sur la «recherche de sensation». L'évolution pourrait également être dûe à la relative désuétude de certains questionnaires: le ski, par exemple, est moins vu comme un sport dangereux aujourd'hui que dans les années 70.

Hormis la diminution du côté aventureux des hommes, l'écart de sensation entre les deux sexes n'a pas changé. Ainsi, les hommes apprécient plus les situations «désinhibantes» comme parler en public alors que les femmes sont moins susceptibles de s'ennuyer.

Newsletters

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Cet hiver cinématographique ne manquera pas de romances gays et lesbiennes. Mais le fait que la plupart des personnages soient joués par des hétéros fait sérieusement tiquer les personnes concernées.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

Newsletters