EconomieSports

Foot: plus de 2 milliards d'euros dépensés par le «Big 5», un record

Grégoire Fleurot, mis à jour le 03.09.2013 à 18 h 12

Gareth Bale affronte Coventry City avec son ancien club de Tottenham en match de FA Cup à Londres le 5 janvier 2013, REUTERS/Darren Staples

Gareth Bale affronte Coventry City avec son ancien club de Tottenham en match de FA Cup à Londres le 5 janvier 2013, REUTERS/Darren Staples

Formation, circulation des joueurs, transferts… Le CIES Football Observatory, organisme adossé au Centre International d'Etude du Sport de Neuchâtel et à l'Université de Franche-Comté —et soutenu par la Fifa, est une source privilégiée pour mieux comprendre le marché du travail qu’est devenu le football moderne.

Dans sa dernière livraison, parue ce mardi 3 septembre au lendemain de la fermeture du marché des transferts estival, il rapporte que les clubs des cinq grands championnats européens (Allemagne, Angleterre, Espagne, France, Italie) ont dépensé plus cet été que lors de n’importe quel autre été depuis 2008. Il s’agit sans doute même d’un record dans l’histoire du football, avec un peu plus de deux milliards d’euros dépensés en transferts définitifs.

Après avoir atteint un pic en 2009 sous l'impulsion du Real Madrid et de Barcelone, le marché des transferts européens s'était rétracté depuis, conséquence de la crise économique et de l'approche de la mise en place du fameux fair-play financier interdisant aux clubs de dépenser plus qu'ils ne gagnent.


Source: CIES Football Observatory

Comme chaque année depuis 2008, ce sont les clubs de Premier League qui ont été les plus dépensiers avec 719 millions d’euros, «la valeur la plus haute jamais enregistrée» souligne l’observatoire. La Ligue 1 et la Bundesliga ont également battu leur record, avec respectivement 383 et 259 millions d’euros dépensés.

Quatre des 10 plus gros transferts de l’histoire du football ont eu lieu cet été (en gras dans la liste ci-dessous):

  1. 94 millions d’euros - Cristiano Ronaldo, de Manchester United au Real Madrid en 2009
  2. 91 millions d’euros - Gareth Bale de Tottenham au Real Madrid en 2013
  3. 75 millions d’euros - Zinedine Zidane de la Juventus au Real Madrid en 2001
  4. 70 millions d’euros (45 millions d’euros plus Samuel Eto’o) – Zlatan Ibrahimovic de l’Inter Milan à Barcelone en 2009
  5. 67,2 millions d’euros – Kaka du Milan AC au Real Madrid en 2009
  6. 64 millions d’euros – Edinson Cavani de Naples au PSG en 2013
  7. 61,7 millions d’euros – Luis Figo de Barcelone au Real Madrid en 2000
  8. 60 millions d’euros – Radamel Falcao de l’Atletico Madrid à Monaco en 2013
  9. 58 millions d’euros – Fernando Torres de Liverpool à Chelsea en 2011
  10. 57 millions d’euros – Neymar de Santos à Barcelone en 2013

Autre tendance intéressante, «les dépenses des 10 clubs ayant le plus investi pour de nouveaux joueurs représentent 49% de l'ensemble des sommes de transferts», soit la proportion la plus haute calculée depuis 2008, ce qui «traduit le processus de concentration de richesse à l'œuvre dans le football de haut niveau».

Cette concentration est particulièrement visible dans le championnat de France, qui a été bouleversé par l’arrivée d’investisseurs aux budgets quasiment illimités au Paris Saint-Germain et à l’AS Monaco au cours des trois dernières années. La Ligue 1 est ainsi le championnat où les trois clubs les plus actifs représentent le plus gros pourcentage du total des dépenses, avec 85,8%, contre 45,2% en Angleterre.

Avec ses deux locomotives économiques, la Ligue 1 se place d’ailleurs pour la première fois à la troisième place des championnats les plus dépensiers, devant la Bundesliga et la Liga.


Source: CIES Football Observatory
Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte