Tech & internet / Life

Etats-Unis: un hôpital pour les drogués d'Internet

Temps de lecture : 2 min

Addicted to the Internet / Michael Mandiberg via FlickrCC License by 
Addicted to the Internet / Michael Mandiberg via FlickrCC License by 

Vous pensez que votre vie sans Internet serait ennuyeuse, vide et triste? Vous vous sentez angoissé(e) quand vous n'êtes pas connecté(e)? Vous êtes peut-être un Internet addict. Mais pas de panique, un hôpital américain lance la première cure de désintoxication pour les cyberdépendants.

Sous la direction du Dr Kimberley Young, qui a publié en 1995 (déjà) une étude sur l’addiction à Internet, le nouveau service du Bradford Regional Medical Center en Pennsylvanie pourra recevoir quatre patients à la fois pour une cure de dix jours, peut-on lire dans un article de Fox News.

Le programme débute par une «digital detox» qui consiste à priver le patient de tout accès au web. Est évalué ensuite son niveau de dépendance, puis commencent les groupes de parole.

Cet emploi du temps, mis au point par des spécialistes des addictions plus familières comme à la drogue ou l’alcool, est sans conteste plus doux que certains centres de désintoxication d’Internet chinois, soupçonnés de battre les jeunes qui leur sont confiés et probablement responsables de la mort d’un adolescent de 15 ans en 2009 d’après le site China Daily.

Elles sont en effet nombreuses, les personnes à travers le monde qui seraient sous l’emprise de la toile, et pour qui jouer à World of Warcraft aurait l’effet d’un «rail de cocaïne», comme témoigne Isaac Vaisberg, 21 ans, dans un article du Mirror, en rehab après de nombreuses cures.

«J’ai laissé tomber tout ce qui se passait dans la vraie vie, mon obsession pour les jeux en ligne m’a submergé et a absorbé toutes mes pensées.»

Il semblerait que les Internet addicts soient en général plutôt jeunes même si Dan Véléa, psychiatre addictologue à Paris, explique dans un entretien publié sur le site Atlantico que l’on voit apparaître «toutes les classes d’âge» chez les cyberdépendants. Leur principale caractéristique selon lui: «l’incapacité de gérer l’ennui au quotidien».

Le problème selon le Dr Young, c’est que ce genre d'addiction peut être «plus répandue que l’alcoolisme», et elle ajoute:

«Internet est gratuit, légal, et ne contient pas de matières grasses».

Et même si Internet est gratuit, chaque patient doit tout de même débourser 14.000$ (un peu plus de 10.500€) pour pouvoir suivre la cure de désintoxication, non remboursée par les assurances.

Pour connaître votre niveau de dépendance à Internet, vous pouvez faire le test mis au point par le Dr Young au milieu des années 1990. Mais comme le fait remarquer Virginia Heffernan dans un éditorial du New York Times:

«En général, lorsqu’un passe-temps n’est pas élégant, on dit de ceux qui le pratiquent qu’ils sont "dépendants". Les fous d’opéra et de poésie sont, en revanche, des "passionnés".»

Maïlys Masimbert

Newsletters

In the mood for work

In the mood for work

"In the Mood for Work", c'est le podcast audio des nouvelles façons de travailler. Il s'agit de réconcilier les objectifs d'efficacité avec le plaisir d'effectuer les tâches quotidiennes. Quels sont les outils et les modes d'organisation pouvant...

Que change le principe de «majorité numérique» aux droits des adolescents?

Que change le principe de «majorité numérique» aux droits des adolescents?

Les textes sur le traitement des données personnelles des mineurs et mineures qui entrent en vigueur ce mois-ci sont une première en France.

Vous avez fortement intérêt à changer vos mots de passe (et pas seulement) après une rupture

Vous avez fortement intérêt à changer vos mots de passe (et pas seulement) après une rupture

Même votre interphone. Et le collier du chien. Et les jouets des enfants. Et...

Newsletters