Sciences / Life

Un chercheur réussit à contrôler à distance un autre cerveau

Temps de lecture : 2 min

L'étudiant dont le cerveau a été stimulé à distance. Source: Youtube
L'étudiant dont le cerveau a été stimulé à distance. Source: Youtube

Début 2013, Slate vous a parlé de l’Internet des rats. Des chercheurs en neurosciences avaient alors réussi à brancher entre eux les cerveaux de deux rats qui se trouvaient à des milliers de kilomètres l’un de l’autre. Le premier était aux Etats-Unis, en Caroline du Nord, le second au Brésil.

En juillet, les neurosciences passaient un nouveau cap; un professeur de Harvard réalisait une interface de cerveau à cerveau entre un être humain et un rat. Avec ses pensées, l’humain pouvait faire bouger la queue du rat.

Le 12 août, ce sont deux cerveaux humains qui ont été connectés entre eux: c'est selon l'Université de Washington une première mondiale. Rajesh Rao, informaticien et professeur à l’Université de Washington, a utilisé ses pensées pour contrôler les actions d’Andrea Stucco, assistant de recherche au département de psychologie de la même université.

Dans l’expérience, explique le site Po Sci, l’humain «contrôleur» dispose d’une sorte de bonnet qui lit l’activité électrique de son cerveau, tandis que le «receveur» porte un dispositif magnétique sur la tête qui peut stimuler l’activité cérébrale (technique de la stimulation magnétique transcranienne ou TMS), positionnée sur le cortex moteur, la région du cerveau qui contrôle les mouvements du corps.

Précisons que la technique d'enregistrement de l'activité, l'électro-encephalographie, comme la TMS utilisée pour la stimulation sont toutes deux non-invasives (elles fonctionnent sans qu'il soit besoin d'ouvrir le crâne pour y implanter des électrodes).

Sur un petit jeu vidéo qu’il observe au moment de l’expérience, le contrôleur pense à utiliser sa main pour tirer un boulet de canon sur un bateau pirate. Le «receveur» a lui aussi une main sur une touche, qu’il presse seulement s’il est stimulé par le signal. Il ne voit pas le jeu: quand le contrôleur pense à passer à l’action, le receveur appuie sur la touche involontairement, comme s’il s’agissait d’un tic nerveux… Voici la vidéo.

«La prochaine étape, a déclaré Rao à l'issue de l'expérience, c'est d'avoir une conversation plus équitable directement entre deux cerveaux».

Comme le rappelle Pop Sci, on ne peut pour le moment interpréter que des signaux cérébraux très simples, et l’expérience s’est déroulée dans des conditions idéales et avec un équipement spécialisé: on est donc encore très loin de la télépathie ou du mélange de cerveaux… Quant à contrôler le corps de quelqu’un contre son gré, n’y pensez même pas, explique le chercheur Rajesh Rao.

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio