Lu, Vu & Entendu / Life

La présidente de Yahoo Marissa Mayer a-t-elle eu tort de poser pour Vogue?

Temps de lecture : 2 min

Marissa Mayer lors d'une conférence à San Francisco. REUTERS/Stephen Lam
Marissa Mayer lors d'une conférence à San Francisco. REUTERS/Stephen Lam

Depuis qu’elle a lâché la vice-présidence de Google pour reprendre les rênes de Yahoo, Marissa Mayer a le monde à ses pieds. Elle est l’une des chefs d’entreprises les plus puissantes de la Silicon Valley. Sa gestion de Yahoo est un succès. Elle est un modèle pour toutes les femmes qui veulent allier une vie de famille et une vie professionnelle épanouies. En plus, elle est jolie. Bref, c’est une superwoman. Mais depuis qu’elle a posé pour le magazine Vogue dans une position très glamour, la polémique s’emballe.

Marissa Mayer dans le numéro de Vogue Septembre 2013

En effet, la photo de Marissa Mayer, allongée la tête en bas dans une tenue très féminine, a suscité de nombreuses réactions. Sur Twitter, le photographe Stan Horaczek s’est notamment exprimé avec ironie: «Rien de tel pour représenter une femme puissante que de l’allonger la tête à l’envers sur un canapé bizarre. Joli boulot, Vogue».

Dans un article de CNN, Pepper Schwartz s’interroge aussi sur ces images: peut-on être geek et canon? La professeure de sociologie se dit personnellement «déçue» par cette photo:

«Quel est l’enseignement à tirer pour toutes les femmes qui ne seraient jamais assez belles pour faire ça, mais qui sont assez intelligentes pour faire leur travail? Doivent-elles se sentir inférieures à Marissa parce qu’elles ne sont pas qualifiées pour poser dans Vogue? Marissa ne pouvait-elle pas faire des photos dans lesquelles on la verrait comme une chef d’entreprise classe et jolie, plutôt qu’un canon qui expose ses jolies jambes et ses chaussures à 1000 dollars?»

D’un autre côté, pourquoi une femme intelligente devrait-elle forcément être moche? C’est ce que se demande Mary Cook, directrice du site web CallSocket.com:

«Marissa Mayer est dans un édito fashion de Vogue, et alors? Quand elle est devenue chef d’entreprise, devait-elle laisser son sens de la mode, ses intérêts personnels et son humour derrière elle? Elle est très jolie, tant mieux pour elle, et j’espère qu’elle a passé un bon moment!»

Dans un édito pour Time Magazine, Anna Holmes rappelle également que ce débat -les femmes leaders doivent-elles se laisser prendre au jeu du magazine de mode?- est vieux comme le monde. Oprah Winfrey, star du show business et personnalité afro-américaine la plus riche du monde, avait d’ailleurs créé la même polémique en posant de façon similaire dans Vogue en 1998. Anna Holmes conclut son article ainsi:

«Le portrait de Marissa Mayer dans Vogue me fait aspirer à un monde où la compétence d’une femme dans un domaine ne viendra pas saper son enthousiasme pour un autre, où les femmes ayant des postes à haute responsabilité seront devenues quelque chose de tellement ordinaire que l’on ne se sentira plus obligé de trouver un quelconque symbolisme dans chaque phrase qu’elles prononcent, chaque décision qu’elles prennent ou chaque magazine de mode pour lequel elles posent.»

Anaïs Bordages

Newsletters

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Qui a dit que le papier était sacré? Certainement pas Suzi LeVine. Cette américaine a pris ses fonctions d’ambassadrice en Suisse après avoir prêté serment en posant sa main sur un écran affichant une version numérique de la constitution...

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

Il y a un an, a été lancée Ruptly, une nouvelle agence de presse vidéo russe. Elle ressemble à une agence, avec 110 journalistes, venus de différents pays: Espagne, Grande-Bretagne, Russie, Pologne. Mais c'est en fait «Kremlin TV» explique Spiegel...

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Le 6 mai 1954, l’athlète britannique Roger Bannister brisait une des barrières majeures du sport en devenant le premier à courir un mile, cette distance tout sauf ronde (1.609,35 m, soit quatre tours de piste) mais mythique, en moins de 4 minutes....

Newsletters