Tech & internetLife

Pourquoi le PC n’est pas (encore) condamné

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 22.08.2013 à 12 h 19

IBM PC XT with green monochrome phosphor screen and 10MB full height 5,25" hard disk drive / Ruben de Rijcke via Wikimedia commons

IBM PC XT with green monochrome phosphor screen and 10MB full height 5,25" hard disk drive / Ruben de Rijcke via Wikimedia commons

Non. Ni les laptop, ni les smartphones, ni les tablettes, ni même les Google Glass ne tueront le traditionnel PC de bureau, écrit Antony Leather sur Forbes. Certes, l’homme se décrit comme un passionné du PC et de ses logiciels, mais il déroule malgré cet enthousiasme de fan de bons arguments.

Car la «Fin de l’ère du PC» et de sa domination sur le marché informatique est très régulièrement chroniquée dans la presse depuis au moins un an. Le premier trimestre 2013 a vu dans le monde une chute globale de 14% du marché. HP a enregistré une baisse de 23%, ACER de plus de 31%. The Atlantic s’est même demandé si les moniteurs et les tours des fameux PC «fixes» allaient finir dans les salles d'histoire du Smithsonian museum.

Brian Krzanich, le CEO d’Intel, l’un des principaux fabricants de processeurs, a ainsi déclaré en juillet que la priorité absolue de son entreprise était le développement des produits du marché de l’ultra-mobilité, pour compenser la baisse des ventes de PC.

Mais Antony Leather veut y croire. Premièrement, rappelle-t-il, le PC continue d’évoluer: les derniers modèles les plus onéreux sont bien plus performants que les consoles Playstation 4 et Xbox One, les smartphones et les tablettes, et dans le même temps les PC vendus aujourd’hui ont économisé de l’espace et se présentent selon un modèle tout-en-un.

Une vaste communauté de «gamers» reste par ailleurs très attachée au PC.

Alors certes, les tablettes, et en premier lieu l’iPad, «peuvent faire beaucoup des choses que fait un PC comme de la recherche sur Internet, des jeux, de la vidéo en streaming et des réseaux sociaux». Mais quand on passe de la consommation de vidéos, de musique ou de socialisation en ligne à l'univers professionnel, alors la tablette «devient votre pire ennemi».

Le PC concurrence les tablettes dans la mesure où il fait plus de choses et les fait mieux. Traitement de texte, création de contenu sont des domaines dans lesquels l’utilisation d’un iPad s'avère loin d’être satisfaisante. Le PC a donc les vertus du matériel professionnel tout en conservant son rôle traditionnel de divertissement: surf sur Internet, jeux vidéos, musique, etc.

D'ailleurs, selon ZDnet, en France «ce sont les PC portables, les plus concurrencés par les terminaux mobiles, qui sont les plus touchés avec une baisse de 23,9% sur un an tandis que les PC de bureau ne reculent que de 12,2%».

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte