Science & santéLife

Avant d'accoucher, vous n'êtes pas forcée d'aller vous coucher

Slate.com, mis à jour le 22.08.2013 à 16 h 26

Il n’existe aucune preuve solide que l’alitement est efficace contre les accouchements prématurés, et il peut avoir des conséquences négatives.

Pregnant profile IV / Mahalie Stackpole via Flickr CC License by.

Pregnant profile IV / Mahalie Stackpole via Flickr CC License by.

Aux Etats-Unis, pas moins de 20% de femmes enceintes se voient prescrire un repos alité durant leur grossesse, que ce soit pour quelques jours ou plusieurs mois. Souvent, c’est parce que les docteurs s’inquiètent d’un accouchement prématuré, qui pourrait se produire de manière inattendue.

Alors, pourquoi l’alitement? Hé bien, cela semble assez logique —rester allongée et éviter les bousculades est forcément une bonne idée! Et si vous connaissez quelqu’un qui a déjà été dans cette situation et qui a sainement mené sa grossesse à terme, vous vous direz sans doute que ça marche. Beaucoup de femmes qui sont alitées accouchent au terme normal de leur grossesse.

Mais cela ne veut pas pour autant dire que ça marche. On ne peut pas savoir ce qui se serait passé si ces femmes avaient simplement vaqué à leurs occupations. En fait, il n’existe aucune preuve solide que l’alitement est efficace contre les accouchements prématurés.

Différence très faible

Ceci a été démontré de manière tout à fait convaincante par de nombreuses «études à répartition aléatoire» —la crème de la crème de la preuve scientifique— où certaines femmes sont sélectionnées pour passer leur grossesse au lit et d’autres pas. Comme la sélection est aléatoire, les différences entre les deux groupes peuvent être imputées à l’alitement.

Prenez par exemple cette étude réalisée sur 1.200 femmes enceintes. 400 d’entre elles ont été assignées au repos forcé, les 800 autres non. Au final, 7,9% des femmes alitées ont eu leur bébé prématurément, contre 8,5% des femmes non-alitées: la différence est tellement faible qu’elle est probablement due au hasard. Une autre étude du même genre sur les jumeaux et les triplés (des cas pour lesquels l’alitement est souvent prescrit) montre les mêmes résultats. Cet article de 2011 l’explique très clairement:

«Il n’existe pas de complication de grossesse pour laquelle l’alitement s’est révélé bénéfique.»

Maintenant qu’on sait tout ça, que fait-on? Tout d’abord, nous avons besoin de plus d’études à répartition aléatoire, réalisées sur des échantillons plus larges. Mais pour le moment, il n’y a tout simplement aucune preuve que la grossesse alitée a des effets positifs, alors nous devrions arrêter d’envoyer les femmes enceintes se coucher.

Difficultés financières et risques médicaux

Vous vous dites sans doute «On n’est jamais trop prudent». Mais en fait, la grossesse alitée peut avoir des conséquences plutôt négatives. L’alitement total se caractérise par une à deux heures d’activité maximum dans la journée, et le reste du temps passé au lit. Interdiction de travailler, de courir après votre rejeton, de préparer la chambre du prochain, de faire à manger, de faire du sport… Rien.

Cela entraîne de graves conséquences sur votre vie de famille et, pour celles qui travaillent, sur votre vie professionnelle. Les études montrent d’ailleurs les difficultés financières des femmes forcées au repos, même celles qui ne travaillent pas, parce qu’elles doivent embaucher quelqu’un pour les aider dans leurs tâches ménagères.

De plus, il existe des risques médicaux —perte osseuse, atrophie musculaire, perte de poids, et selon certaines études, perte de poids du nourrisson. Il est également prouvé que la grossesse alitée augmente le risque de formation de caillots dans le sang: pour éviter cela, certaines femmes enceintes portent des bas de contention.

Fausse bonne solution

Généralement, lorsqu’un traitement médical ne présente pas d’avantages évidents et qu’il comporte des risques médicaux, il vaut mieux conclure que c’est une mauvaise idée. C’est en tout cas le consensus que l’on trouve dans la littérature médicale. L’année dernière, le Congrès américain des obstétriciens et gynécologues —la source officielle en ce qui concerne les règles et les recommandations de la grossesse— a diffusé un communiqué indiquant que l’alitement n’était effectivement pas un traitement recommandé contre les risques d’accouchement prématuré.

Plus surprenant encore, beaucoup de docteurs semblent être au courant de cette fausse bonne solution. Une étude de 2009 portant sur l’activité des obstétriciens montrait que plus de la moitié d’entre eux trouvent que l’alitement n’a «aucun» ou «peu» d’effets bénéfiques. Et pourtant, 90% de ces docteurs disent avoir prescrit un repos alité!

Il semblerait donc que l’on se trouve encore dans une de ces situations où l’usage perdure, malgré les preuves que cette solution est non seulement inefficace, mais également dangereuse. Il existe peut-être des situations inhabituelles pour lesquelles l’alitement est recommandé, mais la littérature médicale n’en a pour l’instant pas trouvé.

Alors, que devez-vous faire si votre docteur vous prescrit un repos alité? Vous devez absolument l’interroger. Pense-t-il vraiment que c’est une bonne idée? S’il insiste, il vous sera peut-être difficile de résister, mais vous devriez au moins vous assurer qu’il vous conseille en toute connaissance de cause.

Emily Oster

Traduit par Anaïs Bordages

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte