Instagram, Facebook, Twitter: comment se mettre en scène sans avoir l'air bête

Kevin Systrom, le directeur d'Instagram, se prend en «selfie». REUTERS/Philippe Wojazer

Kevin Systrom, le directeur d'Instagram, se prend en «selfie». REUTERS/Philippe Wojazer

Le selfie, c'est le grand fléau des réseaux sociaux. Ce genre d’autoportrait («selfie» est le diminutif de «self-portrait» en anglais) pris dans le miroir de votre salle de bains ou à bout de bras moyennant un léger déplacement de clavicule, pullule sur Facebook, Twitter et Instagram. Beaucoup y sont accros, y compris Justin Bieber et Rihanna, mais comment l’utiliser à bon escient? Car si nous voulons tous être «aimés» (avec des «likes», sinon ça ne compte pas), le partage de photos de soi peut vite tomber dans la surenchère, et nous faire passer pour un narcissique désespéré en quête perpétuelle de reconnaissance.

Sur le site Digital Trends, l’experte en réseaux sociaux Miss Netiquette répondait ce samedi aux questions des internautes, prodiguant de précieux conseils sur l’emploi du selfie. Ce qu’on en retient d’abord, c’est que le selfie doit s’utiliser avec parcimonie: pas question d’envahir vos followers en postant une nouvelle photo de vous toutes les heures.

Par ailleurs, selon Miss Netiquette, il ne faut pas oublier que les réseaux sociaux, c’est bien mais que la réalité, c’est mieux. Voici ce qu’elle répond à un jeune homme qui s’inquiète de son utilisation d'Instagram:

«Ne prends pas tout ça trop au sérieux. Le besoin de reconnaissance est humain, et cela ne veut pas forcément dire que tu es narcissique. Tu peux cultiver ton profil en ligne, mais il faut aussi pouvoir accorder de l’importance à d’autres choses qu’une collection d’images. Cultive aussi ta vraie vie, en étudiant, en passant du temps avec des vrais amis, en te livrant à d'autres activités que le culte de ta personnalité virtuelle.»

Comme le faisait remarquer Jessica Winter au début du mois d’août sur Slate, les réseaux sociaux, et notamment Facebook, peuvent effectivement déclencher des sentiments de solitude, de dépression et de jalousie, surtout lorsque l’on passe son temps à admirer les photos de vacances des autres. Garder un peu de distance avec le monde virtuel est donc fortement recommandé.

«Quand on voit de belles photos d’un ami sur Instagram, une manière de compenser est de publier des photos de nous encore meilleures, comme ça notre ami les voit et poste des photos encore plus belles, etc. L’autopromotion déclenche encore plus d’autopromotion, et le monde des réseaux sociaux s’éloigne de plus en plus de la réalité.» affirmait ainsi Hanna Krasnova, co-auteure d’une étude sur Facebook et la jalousie.

Enfin, en avril dernier sur Slate.com, Troy Patterson adressait lui aussi quelques suggestions d'ordre pratique aux hommes désireux de se lancer dans la production de selfie:

«Si vous voulez vous conformer aux normes des nouveaux médias, il vous est conseillé de préférer la lumière naturelle, de trouver un arrière-plan ni trop chargé, ni trop ennuyeux, de prêter attention au cadrage, et par pitié, de vous tenir droit.»