Avec le miroir-menteur, voyez-vous plus heureux que vous ne l'êtes... et consommez davantage

Source: Shigeo Toshida

Source: Shigeo Toshida

Des chercheurs de l’université de Tokyo ont développé un miroir-menteur qui vous rend plus souriant que vous ne l’êtes. L’objet, appelé «réflexion incendiaire», «fonctionne avec une caméra qui repère les expressions faciales de la personne en temps réel».

Il ajuste ensuite ces différentes expressions, remontant finement les coins de la bouche et plissant le contour des yeux pour se rapprocher d’un sourire de Duchenne [en référence aux recherches du neurologiste Duchenne de Boulogne sur les expressions faciales au XIXe siècle]. Vous vous regardez dans le «miroir» et vous voyez une version de vous-même plus heureuse, ce qui entraîne alors plus de bonheur et simultanément une envie d’acheter des choses.

Ce miroir frauduleux repose sur la théorie de la rétroaction faciale, ou l’idée selon laquelle les émotions et leurs expressions faciales s’influencent les unes les autres. A savoir: la manière dont vous vous présentez donne une information sur la manière dont vous vous sentez. Forcer votre visage peut améliorer votre humeur. (Bien que recevoir l’ordre de le faire vous rendra en réalité furieu[se].)

Voilà la démonstration:

Selon Tara Kraft, doctorante à l’université du Kansas et auteure d’études sur la théorie de la rétroaction faciale, cette webcam du mensonge pourrait fonctionner en s'appuyant sur notre élan à imiter les expressions faciales des autres. Nous observons un visage joyeux (le nôtre) et nous ajustons nos muscles du sourire pour y correspondre, ce qui nous rend heureux. (L’autre hypothèse étant que cet effet est obtenu du simple fait de voir un visage souriant, et que l’imitation n’est pas requise.)

Dans une étude, des chercheurs japonais dirigés par Shigeo Toshida ont demandé à vingt-et-un volontaires de réaliser une tâche sans intérêt et de noter ensuite comment ils se sentaient pendant qu’ils se regardaient fixement dans une vitre faussée (ils ignoraient qu’il s’agissait d’un miroir-menteur). Quand ils étaient confrontés à des images un peu plus heureuses d’eux-mêmes, les volontaires ont signalé un plus grand sentiment de bien-être. La vidéo a aussi été ajustée pour modifier les visages et leur donner un aspect plus maussade et, sans surprise, ceux qui étaient confrontés à la réflexion plus mélancolique d’eux-mêmes ont raconté aux chercheurs qu’ils étaient malheureux.

Mais qu’en est-il de la partie «acheter des choses»? Chaque participant avait aussi reçu une écharpe à porter face au miroir normal ou au miroir-menteur. Les volontaires qui ont vu une image altérée et plus lumineuse face à eux avaient plus de probabilité d’aimer l’écharpe que les membres du groupe de contrôle. Toshida et ses collègues pensent que ce miroir, mis dans une cabine d’essayage, «pourrait être utilisé pour manipuler les impressions des consommateurs sur les produits», persuadant les gens d’acheter des vêtements qu’ils auraient sans cela négligés.

Eh eh. Une fois encore, tant que nos miroirs nous mentirons, qui s’inquiètera du fait que les ficelles que l’on tire soient laides? Laissons le simulacre agir. Si mon miroir me dit que je suis heureuse et que mon écharpe est jolie, je ne vais pas le contredire.

Katy Waldman

Traduit par Jean-Laurent Cassely

Partager cet article