Double XLife

Etats-Unis: une «star» de la philosophie démissionne après une plainte d'étudiante pour harcèlement

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 05.08.2013 à 9 h 17

A diagram of Focault's philosophy? / Nelson Pavlosky via Flickr CC Licence By

A diagram of Focault's philosophy? / Nelson Pavlosky via Flickr CC Licence By

Le 4 juin 2013, le Chronicle of Higher Education révélait qu’un professeur de philosophie, Colin McGinn, venait d’accepter de quitter son poste à l’université de Miami après des accusations de harcèlement sexuel de la part de son étudiante et assistante de recherche.

Le New York Times revient sur cette affaire qui touche une «star» de la discipline, auteur de nombreux ouvrages spécialisés, de tribunes dans la presse et fréquemment interviewé à la radio et à la télévision.

Il s’agissait pour l’intéressé d’une «relation chaude, consensuelle et collaborative», «d’une romance intellectuelle» pleine de «badinage». Un «badinage se référant certes à des questions sexuelles», mais sans être «un badinage sexuel»

De son côté, le compagnon de l'étudiante fait un tout autre récit et parle de propositions de plus en plus pressantes du philosophe, textos et emails à l’appui. McGinn aurait parlé d’avoir une relation sexuelle durant l’été, «à un moment où personne ne sera autour» et aurait également écrit à l'étudiante qu'il s'était masturbé en pensant à elle.

C'est là que la défense de McGinn sombre quelque peu dans le ridicule. Selon un de ses collègues, le philosophe, spécialiste de la conscience, écrivait un ouvrage sur l'évolution et le rôle de la main humaine dans celle-ci... On aurait donc interprété sexuellement une discussion à propos des recherches du professeur. Comme le souligne le blog The Philosophy smoker, «cela aurait un sens si McGinn pensait que la masturbation avait joué un rôle non négligeable dans l'évolution de la main humaine».

Mais l'affaire anime le milieu de la philosophie bien au-delà du cas Colin McGinn. Le débat s’est rapidement porté sur la place des femmes dans le champ de la philosophie. Très présentes dans les disciplines de sciences humaines, elles ne sont que 20% dans ce domaine.

A la mi-juillet, une centaine de philosophes ont écrit une lettre ouverte pour demander à l’université de Miami de respecter l’anonymat de la plaignante, de crainte que la divulgation de son nom ne la handicape dans sa carrière.

Sur le blog What Is It Like to Be a Woman in Philosophy?, depuis 2010, sont postées des témoignages anonymes de harcèlement sexuel ou de remarques sexistes dans le cadre universitaire. Un autre blog, Feminist Philosophers, traque les conférences de philosophie où seuls des hommes sont invités. En juillet, l’encyclopédie de philosophie de Stanford a même envoyé un email à ses contributeurs, leur demandant de s’assurer pour les entrées citant des hommes blancs qu’ils n’ont pas ignoré les contributions de femmes «ou d’autres groupes sous-représentés».

Pour sa part, McGinn s’est pour le moment réfugié dans l’humour et l’ironie sur son blog, sur lequel il annonce régulièrement que Lewis Caroll, Franz Kafka ou George Orwell lui ont écrit ou l’ont appelé pour le soutenir…

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte