Tech & internetLife

Comment éviter de vous faire arnaquer par des pubs sur Internet

Cécile Dehesdin, mis à jour le 31.07.2013 à 19 h 08

Panneau stop tordu via Flickr CC License By

Panneau stop tordu via Flickr CC License By

«Salut, c'est Julien, je vous souhaite la bienvenue sur mon site.» Salut Julien! Tu as l'air sympathique comme ça, mais je ne fais pas trop confiance à tes techniques pour gagner 1.000 euros «très facilement». Pas plus que je fais confiance à tes copines qui me jurent que je vais perdre du poids «grâce à un truc qui abasourdit les médecins».

Et pourtant, c'est tentant, je l'avoue. Et clairement, des gens se font prendre au jeu, sans quoi ces pubs étranges n'existeraient tout simplement plus.

Comment, donc, flairer les pubs qui peuvent virer à l'arnaque? Voici quelques conseils glanés en écrivant mon article sur le fonctionnement de ces publicités qui pullulent sur les sites de streaming –mais font également leur apparition sur Facebook et des sites plus lambdas.

1. L'enchaînement de sites qui mènent tous au même

Si quand vous cliquez sur une pub, elle vous renvoie d'abord sur une espèce de site d'information et non sur un site marchand qui vous permettrait d'acheter directement un produit, c'est mauvais signe. Si tous les liens sur ce faux site d'information vous renvoient vers un seul site proposant d'acheter une pilule miracle, FUYEZ. Essayez par exemple de cliquer sur les logos Facebook/ Twitter si la page en a, ou sur les «rubriques» supposées du site web où vous atterissez.

2. Trop beau pour être vrai

Ce conseil de bon sens dans la vraie vie marche aussi en ligne: les pubs qui vous promettent que vous allez gagner de l'argent en un clin d'oeil, perdre du poids sans effort, bref obtenir un résultat sans aucune difficulté, sont le meilleur signal d'alarme. Si ça paraît trop beau pour être vrai, c'est que ça l'est.

3. Internet est votre ami

La culture étant bien faite, Internet vous donne à la fois le problème et sa solution. Si vous avez le moindre doute –LE MOINDRE DOUTE– tapez dans Google le nom du produit proposé ou du site + arnaque (ou scam pour obtenir également les résultats anglophones, plus nombreux). Comme le résume François Lavaste, président du directoire de Netasq, une entreprise spécialisée dans la sécurité informatique:

«Internet est fantastique pour ça, c'est toute son ambiguité: il ouvre la porte à tout un tas d’arnaques ou à la diffusion d’arnaques classiques, mais en même temps vous allez trouver toutes les infos et les forums qui vont vous permettre d’échapper à ces arnaques.»

Pour les pubs sur Facebook, vous pouvez commencer par jeter un oeil aux commentaires:

Si vous vous êtes fait avoir et que vous vous retrouvez avec un prélèvement automatique tous les mois, que vous n'arrivez pas à faire annuler malgré vos contacts avec le service après-vente,» vous pouvez aller voir votre banque ou la police, mais ils risquent fort de vous répondre qu’il ne s’agit pas d’une fraude bancaire mais d’un litige entre commerçant et particulier, explique Pascal Tonnerre, président du Réseau anti-arnaques.

Son organisation (composée d'anciens d’UFC Que choisir) conseille d’arguer qu’une autorisation de prélèvement bancaire, c'est l’équivalent d’un paiement par carte bancaire, et qu’une telle opération non-autorisée a un délai de révocation (13 mois dans l’espace économique de l’Union européenne, 70 jours en dehors). Une version pas toujours acceptée par les banques, précise-t-il.

Est-ce que vous avez d'autres techniques / conseils? N'hésitez pas à les partager dans les commentaires, et je les ajouterai.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
internetpubsScamsarnaques
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte