LifeEconomie

Plus il y a d’embouteillages, mieux l’économie se porte. Enfin, en principe

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 31.07.2013 à 11 h 31

Flou de pluie - 2013-087 / fred_v via Flickr CC Licence By

Flou de pluie - 2013-087 / fred_v via Flickr CC Licence By

La société américaine INRIX poursuit en toute modestie l’objectif de «régler le problème de la circulation dans le monde». Ce bison futé américain récolte des données sur les routes et autoroutes à travers le monde. Et comme le note Quartz, l’indicateur de progression du trafic automobile donne également des informations sur la vitalité économique d’une région.

En rose: l'augmentation du trafic, en gris, la croissance. Source: Quartz

Après tout, écrit le site, la circulation mesure notamment le nombre de personnes qui se rendent au travail et les livraisons effectuées. Ces données fluctuent beaucoup alors que les capacités des routes restent identiques: il n’est donc pas surprenant qu’une augmentation de la congestion soit le signe d’un rebond de l’économie.

Les données semblent coller avec les prévisions économiques pour 2013. Les pays qui enregistrent le plus d’augmentation de trafic, comme l’Irlande et les Etats-Unis, ont aussi des perspectives de croissance positive, certes modestes, dans un contexte où d’autres entrent en recession. En revanche, les contre-exemples existent: la Belgique a à la fois des bouchons et des prévisions de croissance faibles. Le Royaume-Uni devrait quant à lui connaître une légère croissance de son économie alors que son trafic a baissé cette année.

La France est mal barrée: -4,62% de trafic par rapport à l’année 2012, bien que l’Allemagne, l’Italie, le Canada ou les Pays-Bas se situent encore en dessous. Pour l’instant, elle se bat pour sauver la face, à coups de prévision à 0,2% voire 0,1% de croissance pour cette année.

En Europe, la moitié des dix villes qui connaissent la plus forte baisse de congestion du trafic sont en Espagne, et deux autre sont au Portugal. Mais là encore la corrélation avec l’économie doit être prise avec du recul. En France, après Paris dont le poids de la métropole dans le PIB est déterminant et dont le périphérique est tristement célèbre pour ses embouteillages, Marseille est la ville la plus congestionnée de France. Une ville qui se classe 46e de France pour le PIB par habitant.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte