Santé / Life

Les femmes sont vraiment plus frileuses que les hommes

Temps de lecture : 2 min

En Pennsylvanie en octobre 2008. REUTERS/Jason Reed
En Pennsylvanie en octobre 2008. REUTERS/Jason Reed

On reproche souvent aux féministes de nier toute différence entre les hommes et les femmes, simplement parce que nous sommes sceptiques quant aux stéréotypes qui assurent que les femmes sont par nature plus irrationnelles, moins sexuelles, ou moins agressives que les hommes. Mais c’est un reproche infondé! Les féministes sont promptes à admettre que les femmes ont beaucoup plus de probabilité de tomber enceinte que les hommes.

Je crois aussi que les féministes seraient ravies d’admettre qu’il y a une forte possibilité pour que les femmes soient plus frileuses que les hommes. Personnellement, je n’ai aucun problème avec l’affirmation selon laquelle la personne qui se munit d’un pull pour aller au cinéma, en plein mois d’août, a de très grandes chances d’être de sexe féminin.

Mais nul besoin de simplement vous fier à votre instinct: Robert T. Gonzalez, d’io9, fait le tour des études se penchant sur cette croyance répandue selon laquelle les femmes sont bien plus susceptibles que les hommes de vouloir une couverture supplémentaire pour dormir, et les découvertes suggèrent très largement que oui, il y a une vraie différence dans la perception de la chaleur entre les hommes et les femmes en moyenne.

Alors que des études ont montré que la température du tronc des femmes est légèrement supérieure à celle des hommes, les extrêmités des femmes sont bien plus froides.

«En 1998, des chercheurs de l’université de l’Utah ont ajouté une subtilité supplémentaire dans la compréhension scientifique de la température des corps par rapport au sexe. Comme cela avait déjà été montré dans des études précédentes, des chercheurs ont constaté que les femmes avaient tendance à avoir une température corporelle supérieure à celle des hommes (37°C contre 36°C). Leurs mains, en revanche, était notablement plus froides. Beaucoup plus froides. Alors que les hommes enregistraient une température des mains d’environ 32°C, elle était d’environ 31°C pour les femmes.»

Seulement 31 degrés. Donc si vous pensez depuis longtemps que les hommes hétérosexuels sont le groupe le plus susceptible d’avoir à prononcer: «Putain, tes pieds sont froids!» en caressant les pieds de leur compagne au lit, vous avez sans doute raison.

La théorie, c'est que la composition corporelle des femmes, qui a un ratio graisse-muscle supérieur à celui des hommes, explique la différence. Ce qui signifie que tout ça est une histoire de capacité à faire des bébés, et, désolée pour les sexistes, ça ne dit pas grand-chose sur les capacités des femmes en mathématiques.

Pour celles d’entre nous qui passent des étés entiers à redouter la clim poussée à fond par des enthousiastes, ou considèrent que les gants hermétiques sont les accessoires indispensables de l’hiver, c’est bon de savoir que nous ne sommes pas folles. Comme les règles, la ménopause, et la volonté des Républicains de nous sucrer nos droits, frissonner tout le temps fait simplement partie du lot quand vous avez un corps avec un utérus à l’intérieur.

Amanda Marcotte

Traduit par Charlotte Pudlowski

Amanda Marcotte Journaliste

Newsletters

Une playlist Spotify pour sauver des vies

Une playlist Spotify pour sauver des vies

Un hôpital américain a sorti une playlist de chansons au rythme desquelles faire un massage cardiaque.

Homme libre, toujours tu chériras le cannabis

Homme libre, toujours tu chériras le cannabis

[Blog, You will never hate alone] À partir de mercredi, le Canada autorisera la vente libre de cannabis. Une révolution métaphysique qui changera, à coup sûr, le visage du Canada et celui de l'humanité toute entière.

Odile Fillod, la chercheuse qui a permis aux femmes de prendre leur plaisir en main

Odile Fillod, la chercheuse qui a permis aux femmes de prendre leur plaisir en main

Grâce à son modèle de clitoris, dévoilé en 2016, le grand public a découvert l'anatomie en 3D et à taille réelle d'un organe au fonctionnement encore trop souvent méconnu.

Newsletters