Double XLife

Wikipedia est un peu moins sexiste que ce que vous pensiez

Grégoire Fleurot, mis à jour le 24.07.2013 à 10 h 15

Phil McCarten / Reuters

Phil McCarten / Reuters

Si vous vous intéressez un tant soit peu aux questions de genre et à l’Internet, vous avez déjà lu cet article du New York Times paru en janvier 2011 qui rapportait une étude de Wikipedia de 2008 selon laquelle 13% seulement de ses contributeurs étaient des femmes et qui observait que des sujets jugés «féminins» (les bracelets brésiliens ou la série Sex and the City, par exemple) sont traités beaucoup moins en longueur que des sujets jugés «masculins» (les cartes de base-ball, les soldats de plomb ou Les Sopranos).

Nous avions rapporté à l’époque l’intense débat qu’avait suscité cet article, certains y voyant la preuve d’un sexisme galopant dans la communauté des contributeurs de l’encyclopédie en ligne, d’autres accusant le journaliste du New York Times de raccourcis et estimant que le peu de contributeurs féminins de Wikipedia était surtout dû au fait que passer des heures à compléter minutieusement des fiches factuelles gratuitement était un passe-temps plutôt masculin.

Aujourd’hui, cinq ans après la fameuse étude, une équipe de chercheurs a cherché à vérifier sa méthodologie et publie ses résultats dans la revue scientifiques PLoS One, rapporte Vice. Leurs conclusions: il y a un fossé entre les hommes et les femmes, mais celui-ci est moins important que l’étude ne l’affirmait.

Les chercheurs ont fait la liste des défauts de l’étude, citant le fait qu’elle ait été réalisée sur une base volontaire, qu’elle portait sur un échantillon ne représentant que 0,4% des 45 millions de visiteurs uniques de Wikipedia à l’époque et qu’il y avait une surreprésentation des éditeurs par rapport aux simples utilisateurs passifs, parmi lesquels on retrouve plus de femmes.

Ils ont ensuite comparé les résultats de l’étude à ceux d’une enquête nationale menée par le Pew Research Center quelques mois plus tard et effectué des corrections statistiques, pour arriver à la conclusion que les femmes représentaient 16% (au lieu de 13%) des utilisateurs de Wikipedia.

«Ce n’est pas une énorme différence, mais elle est cruciale étant donnée la manière dont le chiffre des "13%" a proliféré au cours des dernières années», analyse Vice, qui conclut:

«Vouloir une représentation égale est un très bon objectif, parce que le sexisme pue et parce qu’une communauté d’utilisateurs plus diversifiée rendrait Wikipedia plus précis. Mais le problème, c’est de suggérer que le site est responsable du fossé entre hommes et femmes. Wikipedia ne choisit pas ses éditeurs, et les utilisateurs ne connaissant souvent pas le sexe des autres contributeurs car la plupart sont anonymes.»

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte