Partager cet article

Un puissant réquisitoire contre les vitamines

Rosy glasses, crimson pills / psyberartist via FlickrCC License by

Rosy glasses, crimson pills / psyberartist via FlickrCC License by

Et contre l'homme qui nous a mis en tête que la vitamine C soignait le rhume, voire le cancer.

Paul A. Offit est un pédiatre américain spécialisé dans les maladies infectieuses et un expert des vaccins, de l'immunologie et de la virologie, nous explique Wikipedia. Dans son livre Do You Believe in Magic?: The Sense and Nonsense of Alternative Medicine, dont The Atlantic publie un extrait, il se livre à un véritable réquisitoire contre la prise de vitamines (autres que celles contenues naturellement dans une alimentation normale). Ou plutôt contre la personne qui nous a mis dans la tête qu'il fallait prendre des vitamines.

«Ce que peu de gens savent, c'est que leur fascination pour les vitamines trouve sa source dans un homme. Un homme qui était si spectaculairement bon qu'il a gagné deux prix Nobel et qui avait si spectaculairement tort qu'il était sans doute le plus grand charlatan du monde.»

Cet homme, c'est Linus Pauling. Seule personne à avoir remporté deux prix Nobel dans deux catégories en son nom (Marie Curie a partagé ses prix Nobel): le premier en chimie en 1954 pour ses travaux décrivant la nature de la liaison chimique, le second, le prix Nobel de la paix, en 1962, pour sa campagne contre les essais nucléaires.

Les vitamines dans tout cela? Paul A. Offit raconte que tout commence en 1966. Linus Pauling a alors 65 ans et il reçoit une lettre d'un biochimiste, Irwin Stone, qui lui explique que s'il suit ses recommandations et qu'il pend 3.000 milligrammes de vitamine C par jour, il pourra vivre au moins vingt-cinq ans de plus. De là part la fascination de Pauling pour la vitamine. Rapidement, il remarque que, depuis qu'il prend de la vitamine C, il n'attrape plus ces gros rhumes dont il souffrait avant. Il augmente les doses pour arriver à 18.000 milligrammes par jour.

La vitamine C ne soigne pas le rhume

En 1970, il publie La vitamine C contre le rhume (un prix Nobel vous dit comment éviter les rhumes et améliorer votre santé). C'est un best-seller. Les Américains se mettent à avaler de la vitamine C, les pharmacies ont du mal à satisfaire la demande. Et les scientifiques s'y intéressent et cherchent à savoir si ça marche. Paul A. Offit égrène les études:

  • à l'université du Maryland, ils ont donné 3.000 milligrammes de vitamines par jour pendant trois semaines à 11 volontaires et un comprimé de sucre à 10 autres. Les chercheurs ont infecté les volontaires avec un rhume. Tous ont développé les mêmes symptômes.
  • à l'université de Toronto, 3.500 cobayes. Mêmes résultats
  • en 2002, aux Pays-Bas, 600 cobayes. Aucune différence

Selon Paul A. Offit, «au moins 15 études ont montré que la vitamine C ne soigne pas le rhume. En conséquence, ni la FDA, ni l'académie américaine de pédiatrie, ni l'American Medical Association, (...) ne recommande un supplément de vitamine C en prévention ou en traitement du rhume».

Mais cela n'a pas arrêté Pauling. Non seulement la vitamine C prévient les rhumes, mais elle soigne le cancer. Des chercheurs décident de vérifier. Aucune différence entre les patients qui avaient reçu de la vitamine C et les autres.

Mais cela n'a pas arrêté Pauling. La vitamine C, prise avec des doses massives de vitamine A, de vitamine E, de sélénium et de bêta-caroten, peut soigner toutes les maladies connues de l'homme, ou presque. Paul A. Offit dresse un inventaire à la Prévert:

«Les maladies cardiaques, les maladies mentales, la pneumonie, l'hépatite, la poliomyélite, la tuberculose, la rougeole, les oreillons, la varicelle, la méningite, le zona, les boutons de fièvre, herpès labial, les aphtes, les verrues, le vieillissement, les allergies, l'asthme, l'arthrite , le diabète, le décollement de la rétine, accidents vasculaires cérébraux, les ulcères, les chocs, la fièvre typhoïde, le tétanos, la dysenterie, la coqueluche, la lèpre, la fièvre des foins, les brûlures, les fractures, les blessures, coup de chaleur, mal de l'altitude, lla maladie des rayons, le glaucome, l'insuffisance rénale, la grippe, de la vessie maladies, le stress, la rage et les morsures de serpent.»

Et quand le sida est apparu, il a aussi assuré que la vitamine C pouvait le soigner.

L'augmentation du risque de cancer

La grande idée de Pauling se résumait en un mot: antioxydant. Résumé par Paul A. Offit:

«La logique est imparable: si les fruits et les légumes contiennent des antioxydants et si les gens qui mangent beaucoup de fruits et légumes sont en meilleure santé, alors, ceux qui prennent des compléments d'antioxydants sont aussi en meilleure santé. En réalité, ils sont en moins bonne santé.» 

Comme le rappelait en 2011 l'AFP:

«Une étude publiée le 11 octobre aux Etats-Unis indique une augmentation de 17% du risque de cancer de la prostate chez des hommes prenant de la vitamine E à haute dose. Une autre recherche américaine menée avec des femmes, parue le 10 octobre, révèle que des multivitamines étaient inutiles et accroissaient légèrement leur risque de mortalité. Déjà en 2007, des chercheurs avaient établi un lien entre un danger accru de diabète adulte et des suppléments de sélénium.»

Le dernier coup porté au mythe de la vitamine est asséné par Paul A. Offit dans la conclusion de son article:

«En mai 1980, pendant un entretien à la Oregon State University, on demanda à Linus Pauling: “Est-ce que la vitamine C a un quelconque effet secondaire à long terme disons, au-delà du gramme?” La réponse de Pauling fut rapide et ferme: “Non.”

Sept mois plus tard, sa femme mourait d'un cancer de l'estomac. En 1994, Linus Pauling mourait d'un cancer de la prostate.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte