Partager cet article

Les relations à distance favorisent l'intimité dans le couple

 Bryant Park, late Apr 2009 - 21 de Ed Yourdon, sur Flickr">

Bryant Park, late Apr 2009 - 21 de Ed Yourdon, sur Flickr">

«Loin des yeux, loin du cœur», dit l’adage. Pas si sûr. Désormais, il existe un état intermédiaire entre la présence et l’absence: la relation à distance. Encore considérée comme un pis-aller, voire un poison, pour les couples séparés, elle semble posséder des qualités sous-estimées. 

Un article publié en mai dans le Journal of Communication par Crystal Jiang de l’université de Hong Kong et Jeffrey Hancock, de l’université Cornell, relate une étude portant sur deux catégories de couples: ceux dont les membres vivent à proximité l’un de l’autre et ceux qui ont une relation longue-distance. Les chercheurs ont demandé aux participants d’étudier leurs interactions quotidiennes pendant une semaine à l’aide de différents moyens: le face-à-face, le téléphone, le chat vidéo ou texte, la messagerie instantanée et le courrier électronique.

A la fin de cette période, chacun devait rendre compte du degré de partage et du niveau d’intimité ressenti. Il devait aussi exprimer son sentiment sur la probabilité que le partenaire ait ressenti la même chose.

Crystal Jiang et Jeffrey Hancock ont alors constaté que les couples longue-distance ressentent une plus grande intimité entre eux et que cela est dû à deux tendances: ces couples se dévoilent plus et ils idéalisent les comportements de leur partenaire. Des tendances renforcées lors des communications par textes, de façon asynchrone et avec un appareil mobile. La raison: les efforts réalisés pour surmonter ces contraintes techniques.

Ce résultat est d’autant plus intéressant que les relations à distance ont été peu explorées. Elles ont longtemps été considérées comme rares et anormales. Pour preuve, les études précédentes focalisées sur les problèmes de jalousie et de stress qu’elles sont censées provoquer plus que les autres.

Ce n’est que récemment que certains travaux ont montré que de telles relations ne sont pas forcément problématiques. Il est même apparu que les couples longue-distance développent des relations de qualité égale ou supérieure à celles des couples géographiquement proches.

Une bonne nouvelle du fait du nombre croissant de couples séparés par la mobilité moderne et qui décident de maintenir leur relation en utilisant toutes les technologies disponibles. D’après des statistiques récentes, trois millions de couples mariés aux Etats-Unis ne vivent pas ensemble.

«En fait, notre culture valorise la proximité physique et les face-à-face fréquents pour les relations intimes mais les couples longue-distance s’opposent clairement à ces valeurs, note Crystal Jiang. Il n’y a pas de raisons d’être aussi pessimiste au sujet des romances à distance. Les couples qui les vivent font plus d’efforts que les autres pour communiquer leur affection et leur intimité, et cela paye.»

Est-ce une véritable découverte? Les relations épistolaires brûlantes émaillent la littérature, comme celles de Juliette Drouet et Victor Hugo, Héloïse et Abelard, Musset et George Sand, Gala et Eluard... Nul doute que le manque et la distance subliment les sentiments. Les amants n’ont pas attendu les SMS, email et autre chat vidéo pour communiquer leur flamme. Et si l’amour est surtout fondé sur un fantasme partagé, l’absence en est certainement l'un des meilleurs ferments.  

M.A.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte