« article précédent

article suivant »

Si Facebook ne vous dit pas combien de personnes voient vos contenus, c'est pour votre bien

FACEBOOK LIKE / Owen V Brown via FlickrCC License by

Sur Facebook, on peut savoir combien de personnes aiment et partagent nos statuts, mais il reste une grande inconnue: combien de personnes ont vu les contenus postés? Si nos contacts voient un statut sans le commenter, l'aimer ou le partager, c'est comme s'ils étaient invisibles. Et, selon Buzzfedd, cela relève d'un calcul intelligent de la part de Facebook:

«C'est dans l'intérêt de l'entreprise de garder cette information secrète. Ils savent bien que la seule chose pire que de parler à une salle vide c'est de parler à une salle remplie d'amis et de parents et qu'ils vous ignorent.»

Ainsi, le nombre de personnes ayant vu un message s'affiche dans les groupes, mais n'est pas permis en dehors.

Résultat: les utilisateurs de Facebook sous-estiment largement leur audience. L'audience réelle serait trois fois supérieure à celle perçue par les utilisateurs.

«Les utilisateurs de Facebook atteignent 35% de leurs amis avec chaque message et 61% de leurs amis au cours d'un mois.»

Des chiffres conséquents, donc, et pourtant sous-estimés. Pourquoi?

Selon une étude de l'université de Stanford, on s'épargnerait tout simplement nous-mêmes:

«Ça peut être plus agréable de penser que personne n'a vu un message que de croire que beaucoup l'ont vu et que personne ne l'a aimé.»

De la même façon -mais pour des raisons différentes- Facebook ne vous autorise pas à voir qui a consulté votre profil, comme l'expliquait un article publié sur Slate en 2010:

«C'est la base du contrat social du site: on vous demande de mettre de nombreuses informations personnelles en ligne, mais en échange vous avez le droit de consulter librement et en toute impunité quantité d'informations sur vos contacts. C'est ainsi que naît le «stalking» (...),  une activité normale d'un jeune qui s'ennuie devant son ordi, une errance numérique au milieu des données disséminées par ses amis, l'équivalent social d'un zapping sur les 500 chaînes de son abonnement satellite. Si une application permettait de déterminer qui a visité son profil, ce serait la mort instantanée du «stalking», faisant chuter le nombre de pages vues et donc le nombre d'affichage de publicités.»

Facebook connaît ses utilisateurs et fait en sorte qu'ils se sentent le mieux possible pour s'assurer qu'ils restent sur le réseau social. Du coup: on nous laisse stalker nos amis en toute discrétion et on ne blesse pas notre ego en nous montrant et que tout le monde se fiche qu'on a mangé une pomme ce midi. 

C. S-G

0 réaction

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte