C'est dans l'actuSports

Alpe d'Huez: le premier peut-il rattraper le dernier dans la 2e ascension?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 18.07.2013 à 16 h 29

Ce jeudi 18 juillet marque une première dans l’histoire du Tour de France: les organisateurs ont concocté une étape au cours de laquelle les cyclistes vont devoir grimper deux fois à la suite l’un des plus célèbres cols de la compétition centenaire, la mythique Alpe d’Huez.

Une configuration inédite qui entraîne une question théorique: étant donné que les coureurs vont emprunter deux fois la même route pour grimper au sommer, les plus rapides vont-ils dépasser les plus lents lors de la deuxième ascension du col?

Après un petit calcul théorique, on peut estimer que c’est très improbable. Prenons comme référence l’étape 15, dernière étape de haute montagne qui s’est terminée par l’ascension du col hors catégorie du Mont Ventoux, et qui a vu le plus gros écart de ce Tour 2013 entre le premier arrivé et le dernier.

Lors de cette étape, le maillot jaune Chris Froome l’a emporté en 5h48 avec une vitesse moyenne de 41,7 km/h. Le dernier, le Français Jonathan Hivert, a fini 50 minutes après le britannique avec une vitesse moyenne de 36,6 km/h.

Appliquons maintenant ces moyennes à l’étape d’aujourd'hui (les moyennes finales seront sans doute différentes à la fin de la journée, mais c’est l’écart entre les deux moyennes qui nous intéresse). Avec une moyenne théorique de 36,6 km/h, le dernier mettrait 3h35 à arriver en haut de sa première ascension de l’Alpe d’Huez, qui est au kilomètre 122,5 km.

Pendant ces 3h35 de route, le premier (qui roule à la vitesse moyenne théorique de 41,7 km/h) aurait le temps de parcourir 149,3 km, soit à près de 10 kilomètres de sa deuxième ascension:

En sachant que, pour chaque étape, un temps maximal est fixé au-delà duquel les coureurs sont considérés comme «hors-délai» et éliminés de la course (sauf rattrapage), il y a très peu de chances pour que Froome ou un autre «prenne un tour» au dernier aujourd’hui lors de sa deuxième ascension comme un coureur de 10.000 mètres peut le faire en athlétisme.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte