Science & santéLife

Certains dinosaures savaient remplacer leurs dents

Michel Alberganti, mis à jour le 18.07.2013 à 9 h 28

Gros mangeurs de plantes, Camarasaurus et Diplodocus usaient rapidement leurs dents. Qu'à cela ne tienne! Ils en fabriquaient de toutes neuves tout au long de leur vie. Dommage que l'évolution n'ait pas doté les mammifères de cette faculté...

Géants et très lourds, les Camarasaurus devaient ingurgiter d'énormes quantités de végétaux. Source: Dmitry Bogdanov - Wikimedia Commons

Géants et très lourds, les Camarasaurus devaient ingurgiter d'énormes quantités de végétaux. Source: Dmitry Bogdanov - Wikimedia Commons

Quand on mesure de 18 à 23 mètres de long, que l’on pèse quelque 50 tonnes et que l’on broie des plantes d’assez gros calibre pour se nourrir, les dents sont mises à rude épreuve. C’était le cas du Camarasaurus, un dinosaure sauropode qui vivait il y a 150 millions d’années, en particulier dans les Etats du Colorado et de l’Utah. L’un de ses contemporains, le Diplodocus, était plus grand et plus svelte. Il aurait mesuré 35 mètres pour un poids plume situé entre 10 et 16 tonnes. Néanmoins, il avait le même problème que le Camarasaurus.

Une fois leurs dents usées, ces énormes animaux auraient sans doute perdu toute chance de survie. Ou bien leur taille aurait été limitée par leur capacité à mastiquer. Les Camarasaurus et les Diplodocus, eux, ont trouvé une autre solution: le remplacement automatique des dents. Tous les un à deux mois, ils se retrouvaient avec une dentition toute neuve. Le phénomène rappelle celui de la substitution des dents de lait par les dents adultes. Et il peut faire rêver les nombreuses victimes de séances douloureuses chez le dentiste...

La découverte, publiée le 17 juillet 2013 dans la revue PlOs One, est due à l’équipe dirigée par Michael D’Emic, de l’université Stony Brook. Un peu comme on calcule l’âge d’un arbre grâce aux cernes de son tronc, les chercheurs ont évalué la vitesse de formation et le taux de remplacement des dents en comptant les lignes de dépôt de la dentine, c'est-à-dire de l’ivoire des dents. Située sous l’émail, cette couche continuait à croître tout au long de la vie de l’animal.


Système de remplacement des dents chez les Camarasaurus et les Diplodocus. Image:  Michael D’Emic et al.

Le Camarasaurus pouvait disposer de 3 dents de lait, disposées les unes derrière les autres dans l’alvéole dentaire, et il remplaçait chaque dent tous les 62 jours. Encore plus fort, le Diplodocus possédait jusqu’à 5 dents de remplacement dans chaque alvéole dentaire plus une en fonctionnement. Grâce à cette espèce de barillet, il disposait d’une dent neuve tous les 35 jours.

«Ces sauropodes d’environ 30 mètres de long disposaient ainsi d’une dent neuve à chaque emplacement tous les un à deux mois, parfois moins. Ainsi, ils ont développé une approche privilégiant la quantité sur la qualité dans ce domaine, à l’opposé des grands animaux, les mammifères, d’aujourd’hui», note Michael D’Emic.

Il n’empêche. On peut regretter que la sélection naturelle, après la disparition des dinosaures, ait éliminé cette faculté. Certes, les hommes, par exemple, n’ont pas les mêmes besoins de mastication et leurs dents sont sans doute de meilleure qualité, mais la nourriture moderne semble avoir rétabli, pour certains d’entre nous, le besoin d’un remplacement des dents au cours de la vie... Mais cette nécessité est apparue trop rapidement pour que l’évolution trouve une solution. Pour le plus grand bonheur des dentistes.

M.A.

Michel Alberganti
Michel Alberganti (227 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte