Boire & manger / Life

Arrêtez de cuire des oeufs dans la Vallée de la mort, demande la Vallée de la mort

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo d'un oeuf au plat cuit dans la Death Valley
Capture d'écran de la vidéo d'un oeuf au plat cuit dans la Death Valley

Certaines destinations touristiques ont leurs passags obligés. Pour la Vallée de la mort –Death Valley–, c'est essayer de faire cuire un oeuf rien que grâce à la chaleur de l'atmosphère.

La Vallée de la mort est l'endroit le plus bas et le plus sec des Etats-Unis. Le 10 juillet 1913, le parc national (l'endroit est classé comme parc mais on y trouve surtout de la pierre, du sable, et des paysages plus magnifiques les uns que les autres) a même connu la plus haute température jamais enregistrée sur Terre, 56,7°C.

Des raisons qui amènent ses visiteurs à tenter l'expérience de l'oeuf donc. J'en suis moi-même coupable, puisque, sur les conseils (second degré?) du guide du Routard, j'ai tenté l'expérience avec mon compagnon de road-trip californien il y a deux ans. Impossible de retrouver la vidéo qui vous aurait montré un échec sublime, l'oeuf glissant directement du coffre de la voiture[1] sur le sol, sans cuire.

J'aimerais vous dire que nous avons ramassé ce qu'il en restait sur le sol dans un mouchoir pour le jeter, mais la seule chose dont je me souviens, c'est de ma déception.

Si nous n'avons pas ramassé les restes de notre oeuf, nous avons fait partie des milliers de touristes qui pourrissent la vie des gardes du parc: ils ont récemment raconté sur leur page Facebook que l'équipe de nettoyage du parc passe son temps à nettoyer les restes d'oeufs cassés directement sur le sol du parc en ce moment, «y compris des cartons d'oeufs et des coquilles laissées sur les parking». Ils demandent aux visiteurs:

«Ceci est votre parc national, s'il vous plaît, jetez vos ordures à la poubelle ou dans les poubelles de recyclage, et ne cassez pas d'oeufs sur les bas-côtés, ni sur le sable du bassin de Badwater

Comme le note Time Magazine, l'ironie de l'histoire est que les gardes du parc ont participé à faire vivre la tradition: dans une vidéo mise en ligne le 29 juin, vue plus de 300.000 fois au 11 juillet, une employée de la Death Valley prouve qu'on peut faire cuire un oeuf au plat dans une poêle posée sur le sol du parc (à condition de la laisser chauffer avec un couvercle et de laisser cuire l'oeuf avec le couvercle également). Elle y recommande d'utiliser une poêle, expliquant que tenter de faire cuire un oeuf sur le sol «salit tout et ne fonctionne pas».

«La vidéo a lancé une vague de cuissons d'oeufs, d'autant plus que nous approchions de la date de notre température maximale», a affirmé une porte-parole à NBC.

Chère Death Valley, chers employés de la Death Valley, j'espère que vous accepterez mes plus plates excuses. La prochaine fois que je visiterai votre extraordinaire parc, promis, j'apporte ma poêle.

C.D.

[1] Mon compagnon de voyage voulait le casser sur le capot, j'ai refusé par peur que du blanc d'oeuf coule dans le moteur, le casse, et nous laisse coincés sur une route déserte en plein soleil au mois de juillet dans un endroit qui s'appelle la Vallée de la MORT. Retournez à l'article.

Newsletters

Les carottes farcies ne sont pas une farce

Les carottes farcies ne sont pas une farce

Nos traditions gastronomiques européennes ont beaucoup de mal à identifier les carottes comme un repas, comme un ingrédient qui a sa propre dignité.

Qui seront les chefs trois étoiles de demain?

Qui seront les chefs trois étoiles de demain?

Le Michelin va les trouver dans l'éventail des deux étoiles de 2019 et 2020, vivier des futures stars de la restauration française. Voici une sélection de chefs double étoilés cités dans la dernière édition.

«Top Chef» saison 11, épisode 1: le récap en GIF et en acceng du Sud

«Top Chef» saison 11, épisode 1: le récap en GIF et en acceng du Sud

Les sudistes enfin en force, nos trois candidats préférés, les nouvelles tendances en cuisine... On a regardé (intégralement) le premier (long) épisode de 2020 de l'émission culinaire phare.

Newsletters