Égalités / Life

Horloge biologique: non vous n'êtes pas périmée à 30 ans

Temps de lecture : 2 min

LU SUR THE ATLANTIC

Clock on the railway at Whipsnade Zoo / mdpettitt via FlickrCC License by
Clock on the railway at Whipsnade Zoo / mdpettitt via FlickrCC License by

Si vous êtes une trentenaire, que vous n'avez pas encore d'enfant, vous avez sans doute déjà été confrontée à un discours fort répandu: «Grouille-toi de faire un gosse, il sera bientôt trop tard.»

Outre le fait que vous ne voulez peut-être pas d'un être brailleur qui anéantira vos grasses matinées, il se trouve que c'est faux. Il est loin d'être trop tard.

décrit dans The Atlantic son expérience. Divorcée à 30 ans, remariée peu après, sans enfant et très désireuse d'en faire, elle a été terriblement angoissée par le discours ambiant qui lui suggérait que bon, à l'aube de son second mariage, la maternité lui était peut-être passée sous le nez. Elle explique:

«En tant que chercheuse en psychologie, qui avait publié des articles dans des revues scientifiques, dont certains avaient été repris dans la presse mainstream, je savais que certaines découvertes scientifiques sont très différentes que les échos que le grand public en a. Peu après mon second mariage, je décidai donc d'aller à la source: je cherchai dans les bases de données de recherches médicales.»

Elle se rend compte que la question de la fertilité des femmes comptait «parmi des exemples les plus spectaculaires de l'échec des médias grand public dans le compte-rendu et l'interprétation corrects d'une recherche scientifique».

Jean Twenge explique que notre approche de l'horloge biologique est fondée sur des données complètement archaïques.

«La statistique très souvent citée selon laquelle une femme sur trois entre 35 ans et 39 ans ne tombera pas enceinte avant au moins un an à s'y essayer, est par exemple basée sur un article publié en 2004 dans la revue Human Reproduction. Les données sources sont rarement mentionnées: les registres des naissances en France entre 1670 et 1830. (...) Autrement dit, des millions de femmes s'entendent dire quand elles sont censées tomber enceinte à partir de statistiques d'une époque antérieure à l'électricité, les antibiotiques, ou les traitements de fertilité.»

Newsletters

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les trolls en ligne qualifient les femmes de sournoises, mentalement instables, diaboliques, ennuyeuses ou en quête d'attention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio