Santé / Life

Comment les échecs ont changé mon cerveau

Temps de lecture : 2 min

17.Chess.DupontCircle.NW.WDC.PM.03apr07 / Elvert Barnes via FlickrCC License by

L'Américain Mark Samuelian est arrivé 3e d'un tournoi de poker et, selon lui, c'est grâce aux échecs. Habitué des «blitz», ces parties express de trois minutes, il confie dans les pages de The Atlantic que son addiction aux échecs a considérablement amélioré sa concentration et sa capacité à prendre des décisions rapidement.

Mark Samuelian raconte comment il s'est progressivement passionné pour cette façon de jouer qu'il avait initialement choisie pour son côté pratique et rapide:

«Le problème, cependant, c'était que j'étais tellement absorbé par le jeu que je jouais pendant des heures. J'étais surpris par mon niveau de concentration et je ressentais ce mouvement incroyable que tu ressens quand tu es tellement impliqué dans quelque chose que tu perds toute notion du temps.»

A tel point qu'il est aujourd'hui convaincu des bénéfices du blitz et encourage la création de cours d'échecs dans les écoles.

«Je crois que l'épreuve d'avoir à prendre 40 décisions dans un jeu d'échecs de trois minutes entraîne ton cerveau à penser à un niveau plus élevé (...). J'ai arrêté de me laisser distraire par des emails et je finis sans difficulté les tâches les plus ennuyeuses.»

C. S-G

Cécile Schilis-Gallego

Newsletters

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

La peur pathologique de la grossesse peut entraîner des complications au cours de l’accouchement et/ou après la naissance.

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

Newsletters