Double XMonde

35% des femmes dans le monde ont subi des violences sexuelles

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 21.06.2013 à 11 h 12

Image extraite d'un film contre les violences conjugales tourné en 2007 par Dawa Prod -

Image extraite d'un film contre les violences conjugales tourné en 2007 par Dawa Prod -

Pour la première fois, grâce à des études publiées dans deux revues scientifiques et des travaux complémentaires de l’OMS, des estimations globales et méthodiques ont été faites des violences contres les femmes dans le monde. Et c’est catastrophique.

35% des femmes dans le monde ont subi une forme ou une autre de violence sexuelle. Trois femmes sur dix ont reçu des coups de poing, été bousculées, traînées, menacées avec des armes, violées, ou soumises à d’autres formes de violence de la part d’un compagnon actuel ou passé. Près d’une femme sur 10 ont subi une agression sexuelle de la part de quelqu’un d’autre que leur partenaire. Parmi les femmes assassinées, plus d’une sur trois ont été tuées par leur compagnon.

La violence va encore plus loin que ces chiffres, selon le rapport de l’OMS. Le site Scientific American, qui rapporte ces travaux, précise:

«Les partenaires violents peuvent empêcher les femmes de se rendre dans des cliniques, ou d’avoir accès aux médicaments, ou aux contraceptifs. Les femmes subissant des violences de la part de leur compagnon sont plus susceptibles d’être infectée par le VIH ou par d’autres maladies sexuellement transmissibles ; elles sont plus susceptibles de se faire avorter, d’acoucher d’enfants prématurés ou trop maigres, et de faire des tentatives de suicide. Elles sont aussi plus susceptibles de devenir alcoolique et sont deux fois plus susceptibles que la moyenne de faire une dépression— des éléments qui peuvent être à la fois la cause et la conséquence des violences subies. En plus de tout cela, remarquent les auteurs des travaux, des niveaux de stress plus élevés conduisent à toute une série de problème de santé, comprenant la douleur chronique, le diabète, les maladies cardiaques, et des troubles gastro-intestinaux

L’OMS a examiné les différences régionales. Selon ses découpages administratifs, l’Asie du Sud-Est est une zone particulièrement touchée par les violences domestiques, de même que ce que l’OMS appelle la «zone méditerranéenne-est».

En France, une femme meurt tous les deux jours et demi de violences intraconjugales, et un homme tous les 13 jours.

 

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte