La cape d'invisibilité fait tout disparaître: poisson, chat, voiture, satellite...

Le dispositif utilisé par l'équipe de Baile Zhang pour faire disparaître une partie d'un chat lorsqu'il passe derrière la "cape d'invisibilité". Image : Baile Zhang et al.

Le dispositif utilisé par l'équipe de Baile Zhang pour faire disparaître une partie d'un chat lorsqu'il passe derrière la "cape d'invisibilité". Image : Baile Zhang et al.

Voici comment.

Décidément, la cape d’invisibilité a le vent en poupe. Après celle qui fait disparaître à jamais les messages secrets, voici celles qui font s’évanouir les poissons, les chats et, même, les voitures de police postées avec leur radar mobile.

Bientôt, il faudra aussi se méfier de ce que l’on ne voit pas.

Deux publications scientifiques ouvrent cette nouvelle ère de la (presque) véritable invisibilité, celle qui concerne le rayonnement visible par l’homme. Auparavant, le phénomène se limitait aux ondes situées en dehors de ce spectre, comme les micro-ondes. Mais l’équipe de Baile Zhang, de l’université technologique de Nanyang à Singapour, a réussi à le reproduire avec de simples panneaux de verre. La vidéo montre comment un poisson rouge d’abord, puis un chat, peuvent disparaître lorsqu’ils passent derrière cet écran magique. Le secret réside dans la courbure de la lumière que provoque les panneaux.

Le principe utilisé par Baile Zhang n’est pas nouveau. Dans la publication datée du 7 juin 2013, le chercheur fait d’ailleurs référence à son inventeur, Sir John Pendry de l’Imperial College de Londres. Dès 2006, ce dernier a décrit le phénomène de contournement d’objets par le rayonnement électromagnétique. Ensuite, il n’a guère obtenu de résultats probants. Baile Zhang, lui, a entrepris de simplifier le procédé en se passant des métamatériaux dont John Pendry avait besoin.


Comment le poisson rouge disparaît. Image Baile Zhang et al.

Sa cape d’invisibilité est constituée de 6 plaques de verre disposées en hexagone dans un aquarium transparent. Les rayons lumineux se courbent lorsqu'ils passent de l'air au verre suivant le principe du bâton qui a l'air déformé lorsqu'il est à moitié plongé dans de l'eau. En calculant bien la disposition, la qualité et l'épaisseur du verre, les chercheurs parviennent à créer un espace, au centre du dispositif, par lequel aucun rayon ne passe. Ce qui s'y trouve devient ainsi invisible pour un observateur correctement positionné. Baile Zhang a réalisé une cape dans l’eau pour le poisson et une autre à l’air libre pour faire disparaître une partie d’un chat.

Le miroir d'invisibilité

Deux jours avant la publication de Baile Zhang, le 5 juin, John et Benjamin Howell, du département de physique et d’astronomie de l’université de Rochester, avaient également publié un article sur le même sujet et avec certains points communs. Les chercheurs exposent plusieurs systèmes de capes d’invisibilité basés sur des murs d’eau transparents, des lentilles et des miroirs.


Avec deux miroirs en angle, une zone d'invisibilité apparaît. Image John et Benjamin Howell

Dans tous les cas, les rayons de lumières sont déviés pour dégager une zone d’invisibilité. Avec deux miroirs disposés comme le montre la figure ci-dessus, tout ce qui se trouve dans l’angle formé par le miroir du fond devient invisible. Les chercheurs imaginent que leur système pourrait servir à masquer des satellites. Ils n'expliquent pas à quoi cela peut bien servir...


Derrière la cape, la chaise laisse la place à la poubelle située en arrière plan. Image John et Benjamin Howell

Si la perspective de faire disparaître un poisson rouge que l’on a acheté pour le plaisir... de le regarder peut sembler anecdotique, voire absurde, ce type de cape d’invisibilité pourrait attirer l’attention de l’armée ou des forces de police. Mais ils restent imparfaits et leur fonctionnement impose souvent un angle d’observation précis. Il ne s’agit donc pas encore de capes d’invisibilité dignes d’Harry Potter.

La vraie, l’ultime, devra pouvoir se porter facilement. Elle aura la forme d’une bâche, d’une cape ou d’un manteau sans doute recouvert de métamatériaux. Et pourquoi pas un simple revêtement que l’on pulvériserait sur l’objet à faire disparaître? N’oublions pas que c’est le corps de l’homme invisible que l’on ne peut pas voir. Et non ses vêtements.

M.A.