LifeScience & santé

Pourquoi ne vous souvenez-vous jamais du nom des gens

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 11.06.2013 à 14 h 42

My left eye retina- Par Richard Masoner / Cyclelicious

My left eye retina- Par Richard Masoner / Cyclelicious

Vous arrivez à une soirée. Une personne s'approche. Elle vous sourit, elle a presque l'air content de vous revoir.

Vous: non. Vous savez bien que vous la connaissez, mais c'est gênant, vous avez encore oublié son nom.

Cette situation est fréquente, explique le site Sciencefriday.

«Nos cerveaux sont bien mieux équipés pour engranger des informations visuelles, comme les visages, qu'un nom entendu brièvement. "Nous sommes des créatures visuelles", affirme E. Clea Warburton, spécialiste des neurosciences cognitives à l'université de Bristol. "Notre cerveau a plus de cortex dédié au traitement d'informations visuelles qu'aux informations provenant des autres sens. Nous sommes programmés pour encoder et extraire des informations visuelles bien plus que des informations auditives".»

Selon le site, cette capacité est liée à notre évolution: avant l'utilisation du langage et avant que nous nous reconnaissions par des noms, nos ancêtres simiesques étaient habitués à se fonder sur la vue pour se reconnaître entre tribus. Sans compter que le visage est une source d'informations bien plus riches qu'un nom.

«Une partie de nos prouesses pour reconnaître les visages provient d'une région du cerveau nommée l'aire fusiforme des visages qui semble être spécifiquement dédiée à cet usage. Des dégâts en cet endroit, ou dans des régions proches du cerveau, peuvent provoquer une maladie appelée prosopagnosie, ou incapacité à reconnaître les visages. Les prosopagnosiques peuvent reconnaître des objets de tous les jours "comme une tasse, un téléphone, une voiture, mais pas un visage –pas même celui de leurs proches ou le leur.»
Le neurologue britannique Oliver Sacks, auteur de plusieurs livres passionnants sur le fonctionnement du cerveau, sur le rapport à l'autre (L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau, Un anthropologue sur Mars) est atteint de cette maladie. Il l'a expliqué dans son dernier livre publié en France, L'Oeil de l'esprit.
 
Dedans, il raconte des situations auxquelles il a dû faire face à cause de sa maladie. Confondre deux personnes, mais aussi demander «à un inconnu lors d’un mariage d’identifier l’homme assis à côté de sa propre fille (serait-ce son mari?) ou, plus dévastateur encore, ne pas reconnaître son enfant dans un groupe de bambins! Il est même arrivé à Oliver Sacks de ne pas reconnaître son analyste dans l’immeuble, quelques minutes seulement après la fin d’une séance», raconte Libération dans un article consacré au livre.
 
La prosopagnosie est assez fréquente selon la neurologie: plus de 2% de la population mondiale en serait atteinte. Soyez indulgents avec les gens qui se présentent de nouveau à chaque fois qu'ils vous voient.
Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte