LifeScience & santé

Le Wi-Fi mortel pour les graines de cresson? Attendons l'expérience scientifique

Michel Alberganti, mis à jour le 31.05.2013 à 9 h 58

... elle pourra nous dire si ce qu'ont découvert de jeunes Danoises est intéressant et ce que ça pourrait vouloir dire pour l'homme.

Lea Nielsen, Mathilde Nielsen, Signe Nielsen, Sisse Coltau et Rikke Holm, en classe 9b à Hjallerup, dans le nord du Jutland. Photo: Kim Horsevad

Lea Nielsen, Mathilde Nielsen, Signe Nielsen, Sisse Coltau et Rikke Holm, en classe 9b à Hjallerup, dans le nord du Jutland. Photo: Kim Horsevad

C’est l’histoire de 5 lycéennes danoises, Lea Nielsen, Mathilde Nielsen, Signe Nielsen, Sisse Coltau et Rikke Holm, en classe 9b à Hjallerup, dans le nord du Jutland. Elles ont obtenu le prix «jeunes chercheurs» au Danemark, récompensé par 1.000 couronnes danoises (134 euros), pour leur expérience sur les relations entre le cresson et le Wi-Fi.

Elles ont fait germer des graines de la plante potagère dans deux pièces différentes dont l’une était équipée de deux routeurs Wi-FI. Contrairement à celle de la pièce témoin où elles se sont développées normalement, les graines placées près des routeurs n’ont pas germé.

Certaines sont mortes, d’autres auraient même muté…


Le cresson avec Wi-Fi n'a pas germé, est mort ou a muté - Photo: les cinq lycéennes

Branle-bas de combat. La radio danoise donne l’alerte, Facebook prend le relais. Un professeur du respectable Institut Karolinska de Stockholm, Olle Johansson, s’émeut et rend hommage au travail des élèves résumé par un poster. Il faut dire qu’il a lui-même consacré sa carrière à plaider pour la reconnaissance de l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques comme maladie.

Peu d’autres réactions scientifiques, apparemment, pour l’instant. Néanmoins, la nouvelle se propage sur Internet en France: «Wifi: la dangerosité des ondes prouvée par des lycéennes sur... du cresson». L’expérience est qualifiée de «concluante», le résultat de «stupéfiant». Et d’interroger: «Pensiez-vous que les ondes Wifi puissent faire de tels dégâts?».


Le cresson sans Wi-Fi a germé normalement - Photo : les cinq lycéennes

Les lycéennes, elles, ont déjà tiré les leçons de leur découverte: elles dorment loin de leurs téléphones portables après avoir éteint leurs ordinateurs. CQFD: cresson + Wi-Fi = lycéenne + téléphone.  Et hop! Le cresson est soudain devenu un modèle pour l’homme. Un avantage certain: il revient beaucoup moins cher que les souris, rats et autres lapins.

A refaire dans un laboratoire scientifique

La propagation de telles «nouvelles», sans la moindre vérification ni la moindre précaution, contribue à dénaturer la démarche scientifique et, surtout, à entretenir une maladie qui, semble-t-il, provient d’un trouble psychologique, une sorte de phobie des ondes. Cette dernière permet à certaines entreprises de vendre des «protections» sous forme de patches probablement efficaces... pour l’esprit.

Donner un crédit excessif à une telle expérience est donc nocif pour l’information et dangereux pour la santé. Cela ne veut pas dire que les lycéennes n’ont pas découvert un phénomène intéressant. Il reste, simplement, à refaire l’expérience dans un laboratoire scientifique. C’est ce que va faire Olle Johansson avec Marie-Claire Cammaert de l'Université libre de Bruxelles, selon la radio danoise.

Ensuite, il restera à mesurer avec précision tout ce qui distingue un être humain d’une graine de cresson. 

Sans doute alertés, certains amateurs de la plante ont décidé d'en profiter avant qu'il ne soit trop tard:

M.A.

Michel Alberganti
Michel Alberganti (227 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte