Santé / Life

Comment s'adapter aux décalages horaires?

Temps de lecture : 2 min

Clock on the railway at Whipsnade Zoo / mdpettitt via FlickrCC License by

Pour supporter le décalage horaire, il n’existe pas une solution miracle: il faut en combiner plusieurs. C’est ce que soulignent les travaux de plusieurs chercheurs, rapportés par le Wall Street Journal.

«Helen Burgess, directrice du laboratoire de recherche sur les rythmes biologiques, au centre médical de la Rush University, a mis en place un plan pour son propre compte, afin d’éviter les conséquences du décalage horaire lors d’un voyage en Egypte, à huit fuseaux horaires de différence de son domicile, situé à Chicago. Pendant plusieurs jours avant son voyage, le docteur Burgess s’est couché chaque soir une heure plus tôt, et s’est levée une heure plus tôt chaque matin. Elle a pris une faible dose de mélatonine [hormone de régulation des rythmes chronobiologiques] en début d’après-midi, pour l’aider à mettre à jour son horloge biologique. Et elle s’est exposée à une lumière vive très tôt le matin, sans porter de lunettes de soleil pour profiter d’une exposition maximale, et réveiller son horloge biologique.»

Arrivée en Egypte, la chercheuse n’éprouva de difficultés que le premier matin, au lieu de subir le décalage horaire pendant presque une dizaine de jours.

Différents travaux, notamment menés sur les animaux et particulièrement les souris, montrent aussi que la difficulté à s’ajuster à un nouveau fuseau horaire dépend de l’âge. Pour les jeunes gens (dont l’horloge biologique est en développement) et pour les plus âgés (dont l’horloge se déteriore), c’est encore plus difficile que pour un adulte d’âge moyen.

Slate.fr

Newsletters

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Newsletters