Watson, l'ordinateur le plus intelligent du monde, va bosser dans un centre d'appels

Quand Watson jouait à Jeopardy au lieu de répondre aux clients mécontents (Capture d'écran d'une vidéo AP)

Quand Watson jouait à Jeopardy au lieu de répondre aux clients mécontents (Capture d'écran d'une vidéo AP)

Un travail pas très sophistiqué pour une machine aussi brillante.

A peine deux ans après avoir accompli l’exploit de battre Ken Jennings, l’humain qui a gagné le plus de fois le jeu télévisé Jeopardy!, l’ordinateur le plus intelligent du monde cherche un travail en tant qu’agent de centres d’appels.

IBM a annoncé mardi 21 mai avoir entraîné Watson, son logiciel d’intelligence artificielle, à répondre aux questions des clients et à offrir des conseils sur les produits et les services d’une entreprise donnée. Dans une brochure vantant les nouveaux mérites mérites du Watson Engagement Advisor, IBM écrit:

«Le système Watson d’IBM représente une avancée audacieuse dans une nouvelle ère informatique, et a le potentiel de transformer la manière dont les personnes et les entreprises interagissent pendant toute leur existence. L’unique combinaison d’un processeur de langues naturelles, la génération et l’évaluation d’hypothèses, et l’apprentissage automatique du système Watson d’IBM est donc appliqué à la fidélisation de la clientèle.»

Par exemple, selon IBM, une banque pourrait utiliser Watson pour aider les clients à décider le genre de compte qu’ils devraient ouvrir, prenant en considération leur situation financière et leurs besoins. Forbes rapporte que les banques ANZ et Nielsen ont déjà signé des contrats en tant que clients de la machine.

Pour Watson, le passage au service clientèle après celui, très médiatisé, dans l’industrie de la santé. L’appareil d’intelligence artificielle continuera de travailler dans ce secteur également, mais le business des services clientèle est «de plus gros calibre», ont affirmé des membres de la direction d’IBM au New York Times.

Garde la tête haute, Watson. J’ai moi-même passé un été à travailler comme un agent de soutien technique quand j’avais 17 ans, et bien que ça n’ait pas été le travail le plus satisfaisant du monde, ça me permettait de payer mes factures. Si ton expérience se rapproche de la mienne, tu apprendras à jeter des boulettes de papier dans la corbeille avec bien plus précision que tu ne le fais aujourd’hui. 

Will Oremus

Traduit par Daphnée Denis