« article précédent

article suivant »

L'invasion des escargots géants africains mangeurs de plâtre

Escargot géant en Floride - Photo : Barbara Liston - Reuters

On connaissait les invasions de sauterelles, de fourmis, de rats, de grenouilles ou de poissons-chats. Sans parler de la tortue de Floride qui sévit en France. Il faut maintenant ajouter à cette liste... l’escargot géant africain (Achatila fulica).

L’animal prolifère depuis deux ou trois ans en Floride malgré un programme d’éradication lancé en septembre 2011 et qui emploie 50 personnes à plein temps. Leur développement incontrôlé est attribué aux conséquences du commerce des animaux de compagnies. Après un symposium  dédié au «Gros escargot géant d’Afrique», le département de l’agriculture de la Floride a décidé de modifier les poisons utilisés. Mais le problème semble dépasser les autorités. 

Il faut dire que l’escargot géant d’Afrique peut atteindre la taille impressionnante de 20 cm de long pour un poids de 1,5 kg… Outre ces mensurations spectaculaires qu'il n'atteint pas toujours, l’animal n’est paisible et patibulaire qu’en apparence.

Dès qu’il se nourrit, il provoque en effet des dégâts considérables. L’Atachila fulica peut en effet ingurgiter quelque 500 types différents de plantes. Et ses repas ne dévastent pas seulement les cultures. Il s’attaque également aux maisons car il possède un goût immodéré pour… le plâtre. Idéal pour construire sa propre coquille grâce au calcium qu’il contient. Par ailleurs, il est porteur de parasites, de petits vers ronds, des nématodes, qui peuvent provoquer des méningites eosinophiliques chez l’homme. Comme on  le sait, l'escargot peut grimper partout; il laisse des traces de déjections et de bave sur son passage.

De là à s’inquiéter pour quelques escargots… En fait, la prolifération du mollusque se révèle, elle-aussi, gigantesque. Sa maturité sexuelle est atteinte dès 5 mois après la naissance. Chaque escargot peut alors produire plusieurs milliers d’œufs par an. Leur caractère hermaphrodite n’arrange rien. Lorsque deux escargots se rencontrent, ce sont deux mères qui sortent de ces ébats… En captivité, un escargot géant d’Afrique peut vivre pendant 9 ans.

120.000 destructions à Miami

Les dégâts produits, au-delà des dégradations des cultures et des habitations, vont de la crevaison de pneumatiques sur la route à la projection par les tondeuses à gazon. Le mollusque est d'autant plus difficile à éradiquer qu'il fait preuve de remarquables capacités d’adaptation, en particulier pour faire face à son besoin vital d’humidité. Pendant la saison sèche, il se retire au fond de sa coquille dont il obstrue l’ouverture à l’aide d’un film fin avant de se mettre en état d’hibernation. Il peut ainsi résister pendant des mois. En attendant la pluie.

La lutte contre l’invasion a déjà conduit à la destruction de près de 120.000 de ces escargots géants dans une vingtaine de lieux de la région de Miami. Sur certains sites, les autorités en ont découvert pas moins de 20.000 à 30.000. Dans d’autres, une dizaine seulement.

Le problème est renforcé par l’absence de prédateur naturel, en dehors de l’homme. D’où le recours, en plus du ramassage, à des appâts empoisonnés au phosphate de fer. Depuis peu, les autorités font également appel à un métaldéhyde. Toxique pour les mammifères, dont l’homme, le produit contient un agent amer pour empêcher les enfants, en particulier, de l'avaler. Outre la Floride, l’invasion pourrait toucher également le Texas. On a ainsi trouvé des escargots géants à Houston. La lutte contre ce fléau au ralenti n’est donc pas terminée.

M.A.   

2 réactions

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte