Sciences / Life

Les fascinants rochers roulants de la surface de la Lune

Temps de lecture : 2 min

NASA/GSFC/Arizona State University

Ca faisait un bout de temps que je n’avais pas posté un gros plan cool de la Lune pris par le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), et celui-là est trop chouette pour ne pas être partagé.

Ce que vous avez sous les yeux est une région d’environ un kilomètre de long qui se situe non-loin d’un cratère d’impact (le cratère lui-même est hors champ, en bas à gauche). Quelque chose de la taille d’une maison s’est écrasé là il y a probablement des milliards d’années, dessinant un cratère de plusieurs centaines de mètres.

Quand ça s’est produit, plusieurs centaines de milliers de tonnes de surface lunaires ont été expulsés du trou. Projetées vers le ciel, les particules sont parties dans toutes les directions, y-compris directement vers le haut, formant ainsi un énorme panache.

Cette matière surchauffée s’est étendue vers l’extérieur, soufflant comme du vent sur cette surface sans air. Quand la poussière s’est fixée, elle a formé des centaines de striations linéaires pointant toutes vers le cratère. Aujourd’hui, on voit l’écho de cet évènement éparpillé sur la surface.

Ce cratère se trouve assez loin vers le nord, ce qui explique pourquoi le Soleil est bas sur l’horizon. Cela créé de longues ombres et accentue la topographie du sol. On peut vraiment voir toutes les bosses et autres stries sur la surface, et ces longs doigts étroits sont bien en évidence.

Cette image fait partie d’une bande de surface lunaire bien plus longue repérée par le LRO. Alors que je l’examinais avec soin, j’ai souri de joie en zoomant sur ça:

Ce point blanc est un rocher qui mesure quelques mètres. On peut voir son ombre s’étalent vers le haut et la droite. Mais est-ce que vous distinguez cette ligne pointillée courbée en forme de «J» qui se termine au rocher? C’est sa trace sur la surface!

Le rocher semble avoir roulé, se déplaçant de bas en haut et de gauche à droite, avant de prendre un virage à droite et de s’arrêter. Si vous regardez attentivement, vous verrez que juste avant de s’arrêter de rouler, il se trouvait au bord d’une dépression, puis l’a dégringolé. Le motif un peu accidenté de la trace est sans doute dû aux irrégularités dans la forme du rocher lorsqu’il roulait.

J’adore les images comme celle-là! Elle montre (littéralement) l’empreinte du mouvement dans un paysage figé pour toujours dans le temps. Ci-contre, une autre image montrant un rocher plus gros, où l’on peut voir plus facilement les traces et les ombres d’autres rochers. Le chemin du rocher tourne doucement en suivant la courbe locale du sol.

Vous pouvez retrouver toutes ces scènes dans les images haute-résolution du LRO, et je vous invite à y jeter un œil par vous-même pour voir ce que vous y découvrirez. Penser que nous pouvons, tranquillement installés dans le luxe de notre environnement terrestre, examiner des images de la Lune prises par une sonde qui orbite autour de notre plus proche voisin depuis quatre ans et dont la résolution est d’un pixel par mètre est tout simplement extraordinaire.

Nous vivions déjà dans le futur, et il vous est présenté par la SCIENCE.

Phil Plait

Traduit par Grégoire Fleurot

Phil Plait

Newsletters

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Une étude montre que les escargots n'ont pas la même couleur selon qu'ils vivent dans des milieux urbains ou naturels.

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Il pourrait y avoir des points communs avec la capacité de faire bouger ses oreilles.

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

Nous avons mené l’enquête.

Newsletters