LifeScience & santé

Trente années de la vie sur Terre en accéléré

Michel Alberganti, mis à jour le 13.05.2013 à 14 h 33

Le premier timelapse terrestre ouvre de nouvelles perspectives. La Terre vue du ciel passe ainsi de la photographie au cinéma.

Quelques unes des zones de la Terre dont l'évolution sur 30 ans a été reconstituée à partir des images du satellite Landsat par la Nasa et Google. Images:  Google-Nasa-CMU

Quelques unes des zones de la Terre dont l'évolution sur 30 ans a été reconstituée à partir des images du satellite Landsat par la Nasa et Google. Images: Google-Nasa-CMU

Les images prises par les satellites donnent des informations d'une précision extrême sur ce qui se passe sur Terre en un lieu et à un instant donné. Difficile, toutefois, de se faire une idée de l'évolution d'une ville, d'une forêt ou d'un glacier au cours du temps. Or, les débuts de l'observation de la Terre depuis le ciel datent maintenant d'une quarantaine d'années avec, en particulier le programme Landsat de la Nasa.

Le 11 février 2013, le huitième satellite de la série a été lancé et a rejoint les deux qui sont encore en service.

La banque d'images acquises au cours des trois dernières décennies permet de reconstruire la vie sur Terre entre 1984 et 2012 d'une façon totalement inédite, comme l'explique la Nasa dans cette vidéo:

Les images de cette vidéo, même regardées en haute définition (réglage indispensable: 720p), donnent une idée fausse de la qualité des photos prises par les satellites Landsat. Regardez plutôt cette vue du glacier Columbia. L'enregistrement de son l'évolution fait partie du projet Timelapse:


 

Sur la vidéo, il est néanmoins fascinant de voir la métamorphose de Dubaï et de ses îles artificielles, de l'agriculture en Arabie saoudite, de la croissance de Las Vegas ou de la régression de la forêt en Amazonie. Revoici les passages de la vidéo sans les commentaires et, malheureusement, sans la haute définition:

2 millions d'images

Pour parvenir à ce résultat, la Nasa s'est associée à Google et au magazine Time pour réaliser le projet Timelapse, en référence à la technique de prises de vue espacées dans le temps et réunies sous la forme d'une animation fluide. Le résultat a été obtenu avec le concours du laboratoire Create de l'université de Carnegie Mellon en associant pas moins de 2 millions d'images provenant de Landsat. Soit 909 téraoctets de données. Avec des difficultés de sélection en fonction de la définition des photos ou de la présence de nuages.

De quoi créer des images planétaires de 1,78 térapixels chacune... Le laboratoire Create a ensuite réalisé la conversion permettant d'obtenir des animations avec le langage Html 5 utilisé par des navigateurs tels que Google Chrome. Le visionnage fonctionne également avec les dernières versions de Firefox et d'Internet Explorer, sous réserve de l'installation d'un module complémentaire. 

Le cinéma de l'espace et du temps

Le projet Timelapse marque le début d'une nouvelle ère dans l'exploitation des images satellites. Le temps vient s'ajouter à l'espace. On peut ainsi imaginer que, dans quelques années, on pourra suivre le déroulement de certains événements depuis le ciel. Les militaires adoreront troquer leurs soldats de plomb pour une véritable visualisation des mouvements de troupes. Les géographes se régaleront avec le suivi de l'expansion des villes, de la modification des cours d'eau ou des forêts. Les climatologues trouveront de nouveaux arguments visuels pour montrer les effets du réchauffement climatique. Et les élèves apprendront tout autrement l'histoire et la géographie. 

C'est dire si ce premier timelapse terrestre ouvre de nouvelles perspectives. La Terre vue du ciel passe ainsi de la photographie au cinéma. Un argument de poids pour justifier les dépenses de la Nasa dans ses programmes d'observation de la Terre. Un régal pour nous, terriens ordinaires collés au sol et au temps présent.

M.A.

Michel Alberganti
Michel Alberganti (227 articles)
espacetimelapsealaskaUSCGTime
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte