Science & santéLife

Pourquoi les hommes ont tant de mal à comprendre les femmes

Michel Alberganti, mis à jour le 10.05.2013 à 23 h 56

Photo : Ralphbijker via Flickr Licence Creative Commons

Photo : Ralphbijker via Flickr Licence Creative Commons

Légende ou réalité ? La tradition populaire dit que les hommes ont du mal à comprendre les femmes. S'agit-il de l'une des preuves de la différence essentielles qui distinguent les sexes. D'une tare masculine particulière ? Ou d'une mauvaise foi des hommes pour éviter de recevoir les messages féminins ?... Toujours est-il que les hommes comprendraient mieux les autres hommes que les femmes. Un paradoxe pour les couples hétérosexuels. 

Une équipe de chercheurs allemands dirigée par Boris Schiffer, du département de psychiatrie de l'hôpital Bochum, a voulu en avoir le cœur net. Dans leur article publié par la revue PlOs One, ils se sont concentrés sur la faculté des hommes de reconnaître l'état émotionnel d'une femme grâce au décryptage des expressions provenant de la région des yeux. Le test, réalisé sur 22 volontaires, a consisté à comparer la capacité des hommes à distinguer les émotions d'une femme ou d'un autre homme par ce moyens.

Deux fois plus de difficultés

L'étude a fait appel à l'imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour analyser le fonctionnement du cerveau pendant ce test.  Les chercheurs ont également utilisé le "Reading the Mind in the Eyes Test" modifié pour mener leur expérience. Le résultat semble clair: les hommes ont deux fois plus de problèmes pour reconnaître une émotion sur le visage d'une femme que sur celui d'un autre homme.

Grâce à l'IRMf, les chercheurs ont déterminé les différences de fonctionnement du cerveau masculin dans ces deux situations. Et, de fait, elles existent. Etrangement, les hommes n'activent pas les mêmes régions cérébrales lorsqu'ils tentent de discerner l'émotion exprimée par des yeux féminins ou par des yeux masculins... Dans le premier cas, les chercheurs ont détecté un manque d'activité dans le système limbique des hommes, y compris l'hippocampe et le cortex cingulaire antérieur. Or, il s'agit justement de région impliquée dans les émotions et l'empathie. Les variations affectent également l'amygdale droite nettement plus stimulée par les visages masculins.

L'importance de l'amygdale

Ces résultats confirment l'importance de l'amygdale en tant que composant affectif dans la théorie de l'esprit. Surtout, l'étude "apporte de nouvelles preuves que les hommes sont substantiellement moins capables d'identifier les états mentaux exprimés par les femmes, ce qui peut être accompagné par des différences liées au sexe dans l'activité de l'amygdale", précisent les chercheurs.

Cela dit, il serait intéressant de pratiquer le même test sur des femmes. Présentent-elles également des différences de perception des émotions chez les hommes et les autres femmes ? Ces différences d'activité dans le cerveau qui expliquent les difficultés masculines sont-elles liées aux préférences sexuelles? En d'autres termes, obtient-on les mêmes résultats chez des hommes homosexuels?

Voilà donc une réponse qui génère de nombreuses questions. Du pain sur la planche pour les psychiatres qui sondent nos mécanismes cérébraux. Mais, d'ores-et-déjà, il est intéressant pour les hommes de connaître cette caractéristique. Pour compenser leur déficience, ils ne peuvent que redoubler d'attention lorsqu'ils observent les yeux d'une femme à la recherche de l'émotion qu'elle ressent. Et aussi de prudence vis à vis de leur interprétation de cette émotion...

M.A. 

Michel Alberganti
Michel Alberganti (227 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte