Comment échapper aux services de Google au quotidien

Google Logo in Building43 Robert Scoble via Flickr CC License by

Google Logo in Building43 Robert Scoble via Flickr CC License by

Difficile d'échapper totalement à Google quand ses services nous sollicitent de toute part. The Guardian a toutefois tenté de donner quelques clés pour boycotter la multinationale

A l'origine de cette démarche, une protestation contre les tactiques d'évasion fiscale du géant du web qui est actuellement auditionné par le parlement britannique. Une enquête de Reuters soupçonne en effet Google de réaliser des ventes au Royaume-Uni bien que le directeur général britannique affirme le contraire. Si cela était avéré, le régime fiscal de Google au Royaume-Uni pourrait être revu à la hausse. 

Est-il cependant facile de se passer de Google? Le sujet revient régulièrement sur Internet et les avis sont toujours partagés. Plusieurs ont tenté l'expérience pendant un jour ou une semaine, voici leurs conclusions.

Google Search, meilleur outil de Google

La supériorité du moteur de recherche semble faire consensus. Plus efficace, plus pertinent, plus complet, Google Search est apparemment le service le plus difficile à remplacer. Les alternatives? Bing, le moteur de recherche de Microsoft lancé en 2009, et DuckDuckGo, qui n'enregistre pas les données. Anthony Nelzin, qui a rompu avec Google en 2012, résume la situation sur son blog: 

«Et je suis incapable de trouver un remplaçant convaincant à Google Search. Beaucoup de monde parle de DuckDuckGo en ce moment, mais il est simplement moins pertinent de Google Search, moins rapide, et moins complet. Search est le produit original de Google, et le meilleur.»

La vidéo sans YouTube 

Se passer de YouTube est tout aussi difficile: bien que microscopique en comparaison, Vimeo se pose en alternative. Flickr développe également son propose système d'encodage vidéo, Flickr Video. Et puis, il y a bien sûr Dailymotion.

Tom Handerson qui explique dans un manifeste comme divorcer de Google en sept jours, admet ne pas réussir à se passer du service vidéo de Google. 

«La plus grosse perte jusqu'à présent est YouTube. Je vais devoir trouver un moyen de regarder des vidéos YouTube via un proxy (un programme qui sert d'intermédiaire pour accéder à Internet, NDLR). Un proxy anonyme pourrait satisfaire mes exigences en termes de confidentialité mais au prix d'une certaine lenteur.»

Partager des documents

Google Docs sans Google c'est possible: contrairement à ce que l'on pourrait croire, il existe de nombreux services d'édition collaborative de documents semblables aux «Google Docs». Wikipedia en dresse une liste assez fournie

Néanmoins, pas sûr qu'ils soient aussi efficaces. Guénaël Pépin qui racontait en 2012 sur le site du Monde sa journée sans Google a testé l'un des concurrents

«Nous avons opté pour Zoho, un concurrent gratuit de Google docs et Microsoft Office365, lui payant. Autant dire que la déception a été grande: mise à jour aléatoire du document faisant éditer autant de versions que de rédacteurs, problèmes de copie de texte... et visibilité du partage très limitée

Finalement, si se passer de Google est si difficile, c'est que ses services sont très nombreux et très liés. Fahrad Manjoo, de Slate, avait tenté de ne pas utiliser Google en 2012, sans succès: 

«Mon rédacteur en chef m'a mis au défi de ne plus utiliser aucun produit Google. Pouvais-je survivre, ne serait-ce qu'une journée, sans aucun produit conçu à Mountain View? J'ai essayé. J'ai redirigé mes emails vers Hotmail, j'ai essayé de ne pas utiliser YouTube et j'ai tenté de faire des recherches sur des sujets obscurs sans recourir à Scholar. Mais je n'y suis pas arrivé. Google est trop bon —ses produits sont trop utiles, trop incontournables sur Internet pour pouvoir faire grand-chose sans eux. J'ai tenu moins d'une demie journée sans Google, et ça a été l'enfer.»