LifeTech & internet

Piratages: Twitter conseille aux médias de ne tweeter que d'un seul ordinateur

Cécile Dehesdin, mis à jour le 30.04.2013 à 10 h 11

A la rédaction de Reuters, à Londres en 2007. REUTERS/Simon Newman

A la rédaction de Reuters, à Londres en 2007. REUTERS/Simon Newman

Après le compte Twitter de l'Associated Press la semaine dernière, «l'armée électronique syrienne» (SEA) revendique le piratage du compte Twitter du Guardian, qui a eu lieu ce week-end. La SEA, qui semble être pro-Assad bien qu'elle dise ne pas être affiliée au gouvernement, enchaîne les piratages réussis à un rythme alarmant ces derniers mois.

Et la liste des victimes, élaborée par Reuters, ressemble à celle des organisations médiatiques en langue anglaise les plus crédibles et influentes: la BBC, NPR, 60 minutes de CBS, Reuters, AP et maintenant The Guardian. (La SEA ne s'arrête pas à la langue anglaise, puisqu'elle avait également revendiqué le piratage du compte Twitter de l'AFP en février.)

L'opposition syrienne affirme que le cousin de Bashar al-Assad, Rami Makhlouf, finance la SEA, explique The Guardian. D'après le journal britannique, Rami Makhlouf paye les pirates et leur fournit nourriture et logement.

Devant cette vague de piratages parfois très gênants –celui du compte de l'Associated Press a fait chuter des cours boursiers–, Twitter a envoyé un memo à plusieurs médias, expliquant s'attendre à ce que les hackings continuent.

Dans ce texte, publié par Buzzfeed, on trouve des conseils logiques, comme changer de mot de passe (et le rendre complexe et différent d'autres mots de passe utilisés), ne pas envoyer ce mot de passe par email, et faire attention aux emails suspicieux.

Plus étonnant, ce conseil de ne se servir de Twitter que sur un seul ordinateur!

«Désignez un ordinateur à utiliser pour Twitter. Cela vous aide à empêcher votre mot de passe de circuler. N'utilisez pas cet ordinateur pour lire des emails ou surfer sur le web, pour réduire les chances d'infections par des maliciels

Le conseil de Twitter est donc de ne pas aller sur Internet pour tweeter les articles de son entreprise médiatique... à mi-chemin entre le peu pratique et l'impossible, et pas vraiment dans l'esprit du micro réseau social, où les utilisateurs passent beaucoup de temps à renvoyer vers des liens trouvés sur le web.

D'après Wired, l'entreprise travaille à un système d'authentification en deux étapes, plus sûr: avec un tel système, quand on se connecte depuis un nouvel endroit, le site demande le mot de passe ainsi qu'un code envoyé sur un téléphone par exemple. Autrement dit, se connecter suppose d'avoir deux choses: une que vous connaissez (le mot de passe), et une que vous avez (un smartphone ou autre appareil déjà enregistré), détaille Wired. 

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte