Partager cet article

Vous n'êtes pas seul(e) à vous autocensurer sur Facebook

Capture d'écran de la page d'accueil de Facebook

Capture d'écran de la page d'accueil de Facebook

Comme vous, deux-tiers des utilisateurs du réseau social se retiennent parfois de poster tout ce qu'ils ont sur le coeur.

Vous connaissez certainement cette sensation: vous êtes devant votre écran d’ordinateur, lui-même connecté à Facebook. Une idée (ou une blague, une remarque...) vous vient à l’esprit et, assez naturellement, vous la retranscrivez sur votre clavier pour en faire un nouveau statut Facebook. Mais là, un doute vous habite soudain et vous hésitez. Finalement, vous réfléchissez et vous décidez d’effacer les premiers mots que vous venez de frapper pour ne rien poster.

C’est normal, ne vous inquiétez pas. Appelez désormais ce réflexe: «l’autocensure de dernière minute». Il est le résultat d’un travail mené par Sauvik Das, étudiant en thèse, et Adam Kramer, membre du staff de Facebook. Dans cette étude basée sur un échantillon de 3,9 millions d'usagers, il apparaît que cette autocensure concerne 71% des utilisateurs du réseau social.

Une autre étude (menée auprès de dix-huit personnes) réalisée par Sauvik Das portait sur les causes de cette autocensure. Elle a permis de comprendre et de trouver des raisons à ce comportement. D’après les résultats, on ne voudrait ni blesser ni offenser personne; on a le sentiment que notre post serait trop ennuyeux; on trouve que le contenu du post pourrait écorner notre réputation ou bien nous rencontrons un obstacle technique empêchant le partage de notre statut...

Les autres conclusions de l’enquête démontrent que 51% des utilisateurs étudiés ont censuré au moins une fois un post. 44% des participants auraient, quant à eux, censuré au moins un commentaire sur le réseau. Au cours de l’étude, les auteurs ont aussi analysé les différences hommes-femmes dans l’autocensure:

«Les hommes censurent plus de posts que les femmes et ils se censurent encore plus lorsque leur liste d’amis est constituée essentiellement d’hommes. Néanmoins, ils ne censurent pas plus leurs commentaires que les femmes.»

Il semblerait que Facebook a déjà identifié le penchant vers l’autocensure de ses utilisateurs puisque le réseau social offre la possibilité de modifier ses commentaires ou la légende des photos après leur publication.

Un temps, Facebook envisageait d'expérimenter une option pour modifier directement les statuts. Mais celle-ci n’est toujours pas activée.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte