Tech & internetLife

Les réseaux sociaux en perte de vitesse chez les adolescents

Célésia Barry, mis à jour le 11.04.2013 à 13 h 29

Un logo de Facebook à travers une loupe à Berne le 19 mai 2012, REUTERS/Thomas Hodel

Un logo de Facebook à travers une loupe à Berne le 19 mai 2012, REUTERS/Thomas Hodel

Les réseaux sociaux deviendraient-il de moins en moins cools? C'est ce que suggère une étude menée par la banque d'investissement américaine Pipper Jaffray rapportée par le site Cnet. Le réseau social de Mark Zuckerberg est le plus touché par cette perte de popularité.

Au début de l'année 2013 déjà, un sondage de Survata montrait la préférence des jeunes Américains pour Tumblr. Sur les 1.038 jeunes âgés de 13 ans à 25 ans interrogés, 59% déclaraient utiliser Tumblr régulièrement, contre 54% pour Facebook.

Selon l'enquête de Pipper Jaffray, seuls 23% des 5.200 jeunes sondés ont cité Facebook comme le réseau social le plus important. Au printemps 2012, ils étaient 32%.

La popularité de Twitter, Instagram et Tumblr stagne depuis début 2012. Seuls Reddit et StumbleUpon semblent avoir gagné en cool.

En mars 2013, Slate citait la lettre de démission de Black Ross, ancien directeur de produit chez Facebook:

«Je pars parce qu’un journaliste de Forbes a demandé au meilleur ami de son fils Todd si Facebook, c’était toujours cool, et l’ami a répondu que non, et qu’aucun de ses amis ne le pensaient non plus, pas même Leila, qui pourtant avant adorait, et cet article m’a fait réévaluer la viabilité de la boîte sur le long terme.»

L'interface du site, trop compliquée, et la présence de la famille sur le réseau seraient la cause de cette perte d'attrait. Et selon MSN Money, Facebook n'est pas assez adapté à son utilisation sur smartphone.

Les adolescents sont plongés dans les technologies et les réseaux sociaux. Ils partagent, aiment, enregistrent à une vitesse folle, avec les dérives parfois graves que cette connexion omniprésente peut provoquer. Et Facebook Home ne va pas aider à lutter contre la fomo, la peur de manquer quelque chose, qui scotche jeunes et moins jeunes aux réseaux sociaux.

Malgré une concurrence de plus en plus forte, Facebook est toujours aux adolescents d'aujourd'hui ce que feu MSN fut aux adolescents d'hier: le dénominateur d'une génération. Selon le Monde, 93% des jeunes Français de 15-17 ans et 81% des 13-15 ans sont inscrits sur le réseau social de Marl Zuckerberg. Et en dépit des 13 ans minimum exigés par Facebook pour s'inscrire, les deux-tiers des 11-13 ans possèdent leur propre profil.

Célésia Barry
Célésia Barry (113 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte