LifeScience & santé

En claquant des lèvres, le singe lion peut presque parler

Michel Alberganti, mis à jour le 11.04.2013 à 10 h 01

Les Géladas émettent des sons qui pourraient être les précurseurs du langage humain.

Babouin Gelada montant la garde - Parc du Simien - Ethiopie - Photo : BluesyPete - via Wikimedia Commons

Babouin Gelada montant la garde - Parc du Simien - Ethiopie - Photo : BluesyPete - via Wikimedia Commons

Les capacités des singes ne cessent de nous étonner et leur intelligence a été démontrée à maintes reprises. Mais, même si la femelle gorille Amy du roman Congo de Michel Crichton publiée en 1980 (oublions le film décevant réalisé par Franck Marshall en 1995) communique grâce au langage des signes, elle ne parle pas.

Au-delà de la fiction, la découverte de Thore Bergman, chercheur au département de psychologie, d'écologie et de biologie de l'évolution, pourrait bouleverser notre conception de l'apparition du langage chez l'homme. Dans l'article qu'il a signé dans la revue Current Biology, le 8 avril 2013, il analyse les sons produits avec les claquements de lèvres des Géladas, ou singes lion, qui ressemblent aux babouins mais ne vivent que sur les hauts plateaux de l'Erythrée et en Ethiopie.    

Cette technique leur permet de produire des sonorités qui possèdent des points communs avec le langage humain et que ne possèdent pas les vocalises des autres primates non-humains. Thore Bergman note, en particulier le rythme compris entre 3 Hz et 8 Hz.

Pour le chercheur, l'aptitude des Géladas à produire de tels sons tout en effectuant des mouvements rythmés du visage peut être interprétée comme une étape plausible de l'évolution en marche vers le langage humain. Ce dernier, apparu chez Homo Abilis il ya plus de deux millions d'années, pourrait ainsi puiser ses origines bien avant.   

Les vibrations produites par le claquement de lèvres des Geladas ont un rythme compris entre 6 Hz et 9 Hz qui correspond au langage humain. Les vocalisations obtenues ainsi produisent des sons «qui sont structurellement similaires à la parole», indique Thore Bergman. Le claquement de lèvres correspondrait ainsi à l'ouverture et à la fermeture de la bouche chez l'homme.

Par ailleurs, les Geladas sont des singes extrêmement grégaires et ils disposent d'un répertoire vocal relativement étendu. Leurs vocalises sont considérées comme des échanges rapides entre individus aidant à renforcer leurs liens.  

La similarité sonore est telle que lorsque l'on se trouve auprès de Géladas, on peut avoir l'impression d'entendre des personnes parler à proximité, affirme Thore Bergman. Cette illusion est largement apportée par le rythme de leur communication. C'est ce qui les distingue des autres primates. Et qui les rapproche de nous. De façon troublante...


M. A.

Michel Alberganti
Michel Alberganti (227 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte