Tech & internetLife

Twitter, la rubrique nécro conviviale des Internets

Thibault Prévost, mis à jour le 10.04.2013 à 14 h 24

Couronnes de fleurs, bougies, chapelles ardentes, poèmes enflammés: faire son deuil IRL, c’est déjà du passé. Le site BuzzFeed s’interroge sur l’usage inattendu de Twitter en tant que livre d’or de condoléances à l’échelle mondiale, un phénomène apparu en 2009 avec la mort de Michael Jackson.

Pour la première fois dans l’histoire des Internets, les services de messagerie les plus populaires (AIM, Twitter, AOL instant Messenger) sont saturés, envahis par des hordes de fans pressés de déverser leur tristesse dans  le fleuve des condoléances. Ce jour-là, AIM se fend d’un communiqué: «Aujourd’hui était un moment-clé dans l’histoire des Internets.» Le jour où le Web devint un déversoir.

Après le déclin progressif de ses concurrents, Twitter est désormais l’espace privilégié des inconsolables, qui peuvent exprimer leur affliction en 140 caractères à la mort de leur célébrité favorite. C’est aussi un moyen pour les autres stars, poursuit l’article, de «réagir rapidement et d’éviter une apparition gênante sur une chaîne cablée en privilégiant un hommage rapide et propre». Une façon comme une autre d’échapper au difficile et consensuel exercice des condoléances  médiatisées.

Le phénomène s’est généralisé, poursuit l’article, lorsqu’Amy Winehouse et Whitney Houston ont passé l’arme à gauche, déclenchant un raz-de-marée d’épitaphes virtuels... alors même que la nouvelle n’était pas encore diffusée mondialement.  

Au point qu’aujourd’hui, les relations entre Twitter et les médias de masse s’inversent, conclut l’article:

«Hier encore, Twitter était l’endroit où l’on discutait du traitement de la mort par les médias; aujourd’hui, ce sont les médias qui discutent de Twitter.»

On a tous malheureusement lu/vu les articles «Comment Twitter réagit à la mort de...» Et maintenant, tout le monde s’y met, même le Wall Street Journal et sa colonne nécrologique 2.0, «sociale» et dessinée comme une mosaïque de tweets, twitpics et liens externes. Sous le règne de Twitter, la mort est désormais ludique et conviviale.

Thibault Prévost
Thibault Prévost (16 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte