Tech & internet / Life

Facebook Home: Plus de Facebook est la dernière chose dont j'ai besoin

Temps de lecture : 2 min

Première publicité Facebook Home
Première publicité Facebook Home

Le monde de l’Internet attendait avec fébrilité depuis le début du mois d’avril la présentation de Facebook pour téléphone, Facebook Home. Et ça y est, Saint Mark a présenté, le 4 avril, sa nouvelle interface qui apparaîtra dès l'écran d’accueil des smartphone Androïd: un moyen de passer devant Google en plaçant l’utilisateur face à Facebook dès l’allumage du téléphone. Malin...

Car le problème de Facebook avec les téléphones est simple: les gens ne sont pas assez sur Facebook quand ils utilisent leur smartphone et Facebook a du mal à leur proposer de la publicité ciblée.

Comme l’écrit Charles Arthur sur The Guardian, Facebook a finalement renoncé à créer son propore système d’exploitation de téléphone, qui aurait été une sorte de Facebook phone, pour se contenter de proposer une interface. La firme suit en cela les conseils que lui a donné le consultant Horace Dediu: construire une application pour savoir ce que les gens font à chaque instant. Et grâce à ces informations, leur proposer des publicités mieux ciblées. Facebook Home sera disponible sur dès le 12 avril sur le web-store de Google, Google Play, d'abord sur HTC First, puis sur des modèles d’autres marques –Samsung, Huawei, mais, et c’est problématique pour la marque, pas sur les iPhone pour le moment.

Depuis le dévoilement du nouveau Facebook, tous les commentateurs du monde ont donné leur avis: génie disruptif, nouvelle ère des réseaux sociaux, gadget marketing, plan de guerre contre Google, etc. Dans cet assourdissante hystérie, la chroniqueuse Molly McHugh de Digital Trends lâche son cri de colère contre la nouvelle tentative de Facebook d’accaparer notre disponibilité mentale. Enfin ce qu’il en reste...

«Plus de Facebook, par pitié! J’ai besoin de plus de Facebook et de moyens plus immédiats pour y accéder! Facebook a déjà pris le dessus sur l’Internet, il n’est plus possible d’aller où que ce soit sans tomber sur un bouton “Partager”, un bouton “Like”, un bouton “Login”… Presque chaque site visité a déjà des liens avec Facebook. Vous n’échapperez pas à Facebook, ça n’est même pas la peine d’essayer.»

«Toute l'idée derrière Facebook Home est que vous pourrez utiliser Facebook tout le temps, poursuit la chroniqueuse, sans même avoir l'impression que vous utilisez Facebook. Oh mais, attendez... C'est déjà le cas!»

«Alors, oui, ne nions pas l’évidence. Le nouveau Facebook est beau. Les photos sont grandes, et les chats sont fluides.» Mais ne nous y trompons pas: si la publicité pour Facebook Home est pleine de ces belles personnes qui téléchargent des images magnifiques de leurs trecks dans les parcs nationaux américains, la plupart des gens seront simplement mitraillés de vilaines photos de bébés et de «food porn»…

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Mais ce qui me rend folle, conclut Molly, c’est que je vais l’essayer quand même, parce que je suis une esclave du système Facebook.» Et vous aussi.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio