Double XLife

Les aliments pour bébé, ça doit être liquide ou solide?

Jessica Grose, mis à jour le 01.04.2013 à 8 h 17

Il est possible de donner de la nourriture solide à un enfant de quatre mois. Une étude de pédiatres américains recommandait d'attendre huit semaines de plus.

REUTERS/Sima Dubey

REUTERS/Sima Dubey

L’an dernier, l’Association Américaine de Pédiatrie a changé ses recommandations concernant l’âge auquel il est possible de commencer à donner à des enfants de la nourriture solide. Durant deux décennies, cette association affirmait ainsi que les parents pouvaient commencer à suppléer au lait maternel ou en biberon avec des céréales, bouillie à base de riz ou d’avoine, à partir de quatre à six mois. Mais à présent, elle affirme qu’il est préférable d’attendre six mois. Cette semaine, le New York Times a publié un article revenant sur les nombreux commentaires portant sur cette nouvelle recommandation, une étude récente du Centers for Disease Control ayant montré que certains parents donnent à leurs enfants des aliments solides dès quatre semaines.

Il est dangereux de donner des aliments solides à un enfant de un mois –c’est clair, car ils ne sont pas en mesure de tenir leur tête droite et qu’ils risquent de s’étouffer. Mais est-ce qu’il y a une réellement différence si l’on donne des aliments solides à son enfant à quatre mois au lieu de cinq ou six mois? Le New York Times réaffirme que «l’introduction trop rapide d’aliments solides dans l’alimentation a également été montrée du doigt pour augmenter les risques d’obésité, de diabète, d’eczéma et d’intolérance au gluten.» Mais si l’on se penche sur les recherches, ces affirmations apparaissent soit totalement infondées ou, dans le meilleur des cas, contestables.

Commençons par l’eczéma, puisque les recherches semblent les plus définitives sur ce sujet. Une étude réalisée en 2008 et portant sur près de 5.000 nourrissons, publiée dans le magazine Pediatrics a montré «qu’aucun lien n’a pu être trouvé entre l’âge d’introduction d’aliments solides dans l’alimentation ou la diversification d’aliments solides et l’eczéma.»

Les choses sont un peu plus troubles pour ce qui concerne l’obésité, mais les faits ne sont pas encore établis à 100%. Une étude a montré que chez les enfants nourris au sein, «le moment de l’introduction [d’aliments solides] ne peut pas être mis en corrélation avec le taux d’obésité» mais les enfants nourris au biberon et qui se voient proposer des aliments solides avant quatre mois ont plus de chance d’être obèses que les enfants de trois ans. Pourtant, cette étude prend soin de mentionner d’autres études qui ne démontrent aucune association entre l’obésité et l’âge d’introduction d’aliments solides, quelle qu’ait été la méthode d’alimentation en premier lieu.

Pour ce qui concerne l’intolérance au gluten (la maladie céliaque) des études ont montré que retarder l’introduction d’aliments solides au delà de sept mois dans l’alimentation peut au contraire augmenter le risque de cette maladie. Et pour le diabète, c’est la suralimentation ou la sous-alimentation d’un nourrisson qui en augmente le risque.

Toutes ces recherches ont naturellement leurs limites, car il est impossible d’effectuer des études aléatoires –les études les plus sûres— sur des bébés. Au lieu de se conformer de manière stricte à un changement en apparence arbitraire de quatre à six mois, la meilleure solution consiste sans doute à consulter votre pédiatre et de guetter les signaux que vous renvoie votre enfant.

Comme chaque parent le sait, chaque nourrisson a son propre rythme de développement. En regardant ma fille, âgée de 16 semaines, battre les airs en compagnie d’autres enfants de son âge sur un tapis de jeu, j’ai remarqué que certains enfants étaient déjà en mesure de tenir leurs têtes joufflues bien droite, que d’autres avaient encore la tête qui dodelinait en tous sens et qu’une petite fille manifestement bien avancée était déjà capable de rouler sur elle-même et de revenir en arrière.

Alors, quels sont les signes indiquant que votre enfant est en mesure d’absorber des aliments solides? Selon un pédiatre interrogé par le New York Times, «quand un bébé est prêt à manger de la nourriture, il met généralement sa main à sa bouche et vous pouvez le voir effectuer des mouvements de mastication.» Comme dans de nombreux autres domaines, pour des parents débutants, la meilleure chose à faire consiste à observer attentivement leur enfant et à faire preuve de bon sens.

Jessica Grose

Traduit par Antoine Bourguilleau

Jessica Grose
Jessica Grose (13 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte