Tech & internet / Life

RSS: Google Reader est mort, et c'est tant mieux

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran
Capture d'écran

Google vient d'annoncer la mise à mort de son service de flux RSS, Google Reader, d'ici l'été 2013. Laissez-moi d'abord présenter mes sincères condoléances aux millions de personnes qui utilisent Google Reader –dont certains qui ont appris la triste nouvelle le jour de leur anniversaire–, et ont été choquées par cette nouvelle brutale.

Si vous faites partie de ces internautes, quelques conseils pratiques: Google explique comment exporter ses données, voici un Google doc listant toutes les alternatives au service de flux RSS (et les cinq préférés de Cnet), et voilà une pétition pour demander à Google de ne pas tuer Reader. Par ailleurs, si vous aimez Google Reader, c'est que vous aimez les flux RSS. Et si vous aimez les flux RSS, la mort de Google Reader peut en fait être vue comme une excellente nouvelle.

Le créateur d'Instapaper Marco Arment rappelle ainsi que quand l'outil a été lancé en 2005, avant les iPhones, «il a détruit le marché pour les clients RSS d'ordinateurs. L'innovation s'est complètement arrêtée pour plusieurs années, jusqu'à ce qu'iOS crée un nouveau marché»:

«Maintenant, nous serons forcés de remplir le trou que va laisser Reader, et il n'y a pas d'alternative évidente immédiate. On va enfin sûrement voir de l'innovation substantielle et de la compétition entre les applis RSS pour la première fois depuis une décennie.

Cela risque de craindre dans l'interim avant qu'on ait des supers alternatives matures [...], mais au final, croyez-moi: c'est une excellente nouvelle.»

Google Reader «était un gorille de 350 kilos dans l'espace RSS, mais un gorille de 350 kilos boitillant, qui n'allait nulle part».

Si vous n'aimez pas les flux RSS, ou que vous voulez profiter de la mort de GR pour changer votre utilisation d'Internet, Farhad Manjoo incitait déjà en 2009 ses lecteurs à tuer leur outil RSS:

«Vous savez ce malaise qu'on ressent quand on ouvre sa boîte mail et qu'on découvre des centaines de messages auxquels on doit réondre –ce moment où l'on se rend compte que l'email est devenu une autre de ces corvées implacables de nos journées? C'est ce que je ressens à propos de mon lecteur RSS. Les lecteurs RSS vous encouragent à vous abonner à trop d'informations [...] Au final, on se retrouve abonné à des centaines de blogs et on se rend compte plus tard que beaucoup d'entre eux n'ont aucun intérêt.»

Sa technique: créer des dossiers de marque-pages sur son navigateur, et les étiquetter par importance ou régularité: par exemple un «8h du matin», où il met les sites d'actu qu'il veut parcourir dès que possible, «10h du matin» pour les moins pressés, etc. Il suffit ensuite de faire en sorte que les marque-pages correspondant s'ouvrent dans différents onglets, et de naviguer de site en site (le système n'est pas parfait, il peut ralentir votre navigateur).

C.D.

Newsletters

Influenceurs et transition écologique, une story compliquée

Influenceurs et transition écologique, une story compliquée

Il est essentiel qu'ils commencent à se positionner en faveur de modes de vie plus vertueux.

La canicule fait crasher le système informatique des hôpitaux londoniens

La canicule fait crasher le système informatique des hôpitaux londoniens

Les fortes chaleurs liées au réchauffement climatique ont provoqué une panne des systèmes informatiques des deux principaux hôpitaux londoniens, désorganisant complètement les services de soins.

Ukraine: comment les amateurs de drones participent à la bataille des airs

Ukraine: comment les amateurs de drones participent à la bataille des airs

Depuis le début de l'invasion russe, civils et militaires ukrainiens travaillent ensemble pour produire des drones avec les moyens du bord. Car qu'il surveille, bombarde ou saute à l'impact, l'engin drone change la donne sur le champ de bataille.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio