Tech & internetLife

Twitter est un nid à haters, surtout politiques

Cécile Dehesdin, mis à jour le 05.03.2013 à 11 h 16

Aujourd'hui dans la série des nouvelles qu'on connaissait déjà mais qu'il fait toujours plaisir de voir confirmées par la science, voici Twitter est plein de haters.

Plus précisément, les utilisateurs de Twitter sont des haters quand il s'agit de parler politique, d'après le Pew Research Center, un centre de recherche américain qui s'intéresse entre autres de près aux nouvelles technologies.

Pendant un an, le Pew Center a comparé les résultats de sondages nationaux et les millions de tweets qui ont suivi huit évènements majeurs, dont l'élection présidentielle américaine, le premier débat présidentiel, et plusieurs discours importants de Barack Obama. Conclusion:

«Parfois la conversation sur Twitter est plus à gauche que les résultats des sondages, d'autres fois elle est plus à droite. Souvent, c'est sa négativité générale qui ressort.»

Pour Mitt Romney comme pour Barack Obama, les commentaires négatifs étaient largement supérieurs aux commentaires positifs pendant la campagne de l'automne dernier (même si, de septembre à novembre, Romney a été la cible de davantage de haters qu'Obama).

Le Pew Center estime que cette négativité pourrait provenir du type de personnes qui décide de participer à ces conversations, ce qu'un utilisateur d'Internet avéré aurait pu lui dire: il n'y a qu'à regarder les commentaires sur les sites d'info pour se rendre compte que beaucoup de gens qui prennent le temps de se créer un compte ou de se connecter à l'interface du site pour ensuite écrire deux paragraphes le font généralement parce qu'ils ne sont pas contents.

Je ne dis pas qu'il n'y a que des haters sur Internet, ou qu'on n'y trouve que «des pouces en bas». La plupart d'entre vous n'est qu'amour et ne rêve que de petits animaux mignons, mais ce n'est pas pour rien que Tumblr est plein de:

Et autres

Qu'ils soient négatifs ou non, les utilisateurs du réseau de micro-blogging ne sont pas représentatifs du grand public américain. Par exemple, après le premier débat présidentiel où les électeurs estimaient que Mitt Romney s'en était mieux sorti que Barack Obama, les utilisateurs de Twitter fermaient les yeux et se bouchaient les oreilles en criant que le Républicain n'avait pas été si bon que ça. 

Lors de la victoire d'Obama, 77% des commentaires sur Twitter étaient positifs contre 23% de négatifs, tandis qu'un sondage donnait seulement 52% des Américains contents de la réélection du Démocrate.

N'allez pas croire que les twittos américains sont tous de gauche, ils ont été plus nombreux à ne pas apprécier le discours sur l'Etat de l'union du Président (40%) que les Américains sondés (27%). Des résultats à garder en tête quand vous lisez des listes de tweets dans des articles: ils ne sont que les successeurs des citations de micro-trottoirs.

Le co-fondateur de Twitter Biz Stone disait en 2009 que «Twitter n'est pas de l'ordre du triomphe technologique, c'est de l'ordre du triomphe de l'esprit humain». L'esprit humain n'est pas content, et il le lui fait savoir, ainsi qu'à tous ses abonnés.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte