Science & santéLife

Les scientifiques américains défendent le budget de la recherche... en vidéo

Michel Alberganti, mis à jour le 26.02.2013 à 19 h 08

A quelques jours de l'entrée en vigueur de la «séquestration», certains chercheurs dénoncent les risques d'une réduction de 95 milliards de dollars du budget américain de la recherche sur neuf ans.

Le site des Bell Labs, ancien fleuron de la recherche américaine, à Holmdel (New Jersey), en 2008. Via Wikimédia Commons.

Le site des Bell Labs, ancien fleuron de la recherche américaine, à Holmdel (New Jersey), en 2008. Via Wikimédia Commons.

Alors que les chercheurs français attendent, dans le calme, la publication du projet de loi issu des Assises de la recherche et prévu pour début 2013, on assiste à un branle-bas de combat aux Etats-Unis. A la suite de la crise économique et de l’explosion de la dette, le budget fédéral de la recherche américaine pourrait en effet, comme de nombreux autres secteurs de l'administration aux Etats-Unis, être soumis aux effets automatiques de la «séquestration». Et subir une très forte réduction dès cette année.

Baisse du PIB, hausse du chômage

Selon un communiqué du 22 février 2013 émis par le projet ScienceWorkForUS, issu de plusieurs associations dont celle des universités américaines (AAU), la perte pourrait atteindre 95 milliards de dollars sur 9 ans. Cela entrainerait une baisse du PIB des Etats-Unis estimée à au moins 203 milliards de dollars et une perte de 200.000 emplois par an entre 2013 et 2016, soit une augmentation de 0,2 point du taux de chômage des Etats-Unis. Certains dirigeants d'université ainsi que des chercheurs ont choisi de s'exprimer sur le site de l'AAU à l'aide de vingt vidéos, dont quelques exemples illustrent cet article.

La puissante Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS) a également publié son analyse de la situation.

Grâce aux débats au sein du Congrès, début 2013, la perspective s’est légèrement améliorée. Selon l'AAAS, la réduction du budget de la recherche serait ainsi passée de 109 milliards de dollars à 85 milliards de dollars, ce qui représente une chute de 8,2% pour l’année fiscale 2013.

La réduction du budget des agences gérant les fonds publics de la recherche civile s’établit à 5,2%. Pour celles qui concernent l’armée, la baisse est supérieure.

Au total, les projets de recherche et développement recevront 8,7 milliards de dollars de moins pour 2013. Au cours des cinq prochaines années, le financement des programmes civils, à lui seul, chutera de 57,5 milliards de dollars.

Avant les élections de novembre dernier, Barack Obama avait affiché des projets bien différents. En février 2012, il avait proposé un budget fédéral de la recherche et développement de 140,8 milliards de dollars pour 2013, dont 64 milliards pour la recherche civile fondamentale et appliquée et 74,1 milliards pour le développement, soit une augmentation de 5% du budget de la recherche civile par rapport à 2012, avec une baisse du budget de la recherche militaire.  

Très loin de l'objectif de Lisbonne

A titre de référence, le budget 2013 de l’enseignement supérieur et de la recherche en France est de 22,95 milliards d’euros, en hausse de 2,2%, soit 514 millions d’euros, sur 2012. La part de la R&D dans le produit intérieur brut de la France se situe elle aux environ de 2,25% contre 2,7% aux Etats-Unis.

On se souvient vaguement du Conseil européen de Lisbonne, qui avait fixé l'objectif des dépenses d’investissement public et privé dans la recherche et développement à 3% du PIB européen pour… 2010. En fait, elles n’ont pas dépassé 2,01%. Bien loin de ces 3% estimés stratégiques pour l’avenir…

Contrairement à la France où, depuis le mouvement Sauvons la recherche de 2003, les chercheurs s’expriment relativement peu dans les médias et sur Internet sur le rôle vital de la recherche pour l’avenir de l’économie et de l’emploi, les Américains n’hésitent pas à se mettre devant une caméra pour exprimer leur avis sur les réductions à venir du budget de leur laboratoire, en illustrant leur propos par des exemples de leurs travaux et de leurs applications. Le projet ScienceWorkForUS, qui a suscité ces vidéos, pourraient donner des idées aux scientifiques français pendant les prochains débats parlementaires sur le projet de loi sur la recherche...

M.A.

Michel Alberganti
Michel Alberganti (227 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte