« article précédent

article suivant »

Juif hassidique, Indien d’Amérique, astronaute... Les pires looks de John Galliano

Dior, Prêt-à-Porter automne/hiver 2004/2005. REUTERS

Il y a deux ans, John Galliano était renvoyé de la maison Dior à la suite de la diffusion d’une vidéo le montrant tenir des propos antisémites dans un bar parisien. D’autres auraient choisi de faire un come-back discret dans le monde de la mode.

Mais Galliano, fort du goût et de la mesure qui le caractérisent, a choisi de se rendre à la New York Fashion Week 2013 arborant de blondes rouflaquettes sous un couvre-chef noir. Non, ce n’est pas une blague: l’homme qui avait tout perdu en affirmant, ivre, sa sympathie pour Adolf Hitler ose encore se vêtir en ce qui ressemble dangereusement à un costume de juif hassidique.  

N’exagérons rien: il ne s’agissait pas d’une apparition officielle. Galliano est resté dans les coulisses du défilé Oscar de la Renta, où il célèbrait la première collection à laquelle il contribue depuis le scandale qui a conduit à sa perte.

La Ligue anti-diffamation, une association qui défend les droits des juifs aux Etats-Unis, a d’ailleurs couru à sa rescousse, affirmant que «John Galliano n’a fait qu’agir comme John Galliano –il s’est toujours habillé de manière excentrique, et a toujours eu les cheveux longs.» Sa porte-parole a affirmé que Galliano n’avait aucunement l’intention d’imiter le style juif orthodoxe.

Reste que le couturier choisit ses déguisements avec minutie depuis bien longtemps. De sa tenue d’astronaute à celle de cosaque des steppes russes, Galliano prend un malin plaisir à s’accoutrer selon l’humeur de la saison pour chacun de ses défilés.

Alors, les rouflaquettes... coïncidence? A vous de juger avec ce retour en images sur les looks les plus farfelus de l’ange déchu de la mode.  

1. Inspiration amérindienne

Habitué à saluer son public apprêté de la même façon que ses modèles, Galliano adopte ici la coiffe amérindienne de ses mannequins lors du défilé Haute Couture Dior automne/hiver 2002/2003.

Contrairement aux mannequins qu’il habille, toutefois, le couturier porte la coiffe torse nu.

REUTERS/Philippe Wojazer

2. Inspiration transsibérienne

Le créateur star de Dior présente une collection riche en fourrure lors du défilé hommes automne/hiver 2004/2005.

Quoi de mieux, alors, que de couvrir ses épaules nues d’un accessoire généralement réservé au troisième âge: le renard?

REUTERS/Charles Platiau

3. Inspiration juif orthodoxe, version 2004

Déjà en 2004, Galliano saluait son public dans une tenue très similaire à celle des juifs hassidiques, arborant un chapeau de fourrure, deux longues tresses autour de son visage. (Dior, Prêt-à-Porter automne/hiver 2004/2005)

REUTERS

4. Inspiration Leprechaun

Lors de ses apparitions publiques aussi, Galliano soigne sa tenue. Ici, en lutin irlandais avec la mannequin Eva Herzigova sur le tapis rouge pour la présentation du film Sin City à Cannes en mai 2005.  

REUTERS/Vincent Kessler

5. Inspiration Elvis a marché sur la Lune

La banane fait toute la différence. (Dior, Haute Couture, automne/hiver 2006/2007)

REUTERS / Philippe Wojazer

6. Inspiration matador

Référence culturelle évidente pour Galliano, né dans le territoire britannique de Gibraltar, au sud de la péninsule ibérique. (Dior Haute Couture, automne/hiver 2007/2008.)

REUTERS/Philippe Wojazer

7. Inspiration cosaque

Encore une fois, Galliano devient l’acteur de son propre défilé, adoptant un look cosaque très semblable à celui des mannequins qui l’ont précédé sur le podium. (Prêt-à-porter, automne/hiver 2010/2011.)

REUTERS/Benoit Tessier

8. Inspiration Bonaparte

C'est le moment où les proches de Galliano se rendent compte que son obsession du costume est peut-être allée un peu loin. Selon Catherine Schwaab, dans Paris Match:

«Quand, en 2009, il arrive en Napoléon, les joues et les lèvres bouffies de collagène, on commence à se dire que “John ne va pas bien”.»

(Dior, Prêt-à-Porter, automne/hiver 2009/2010)

REUTERS/Jacky Naegelen

9. Inspiration Fifi Brindacier

(Dior, Printemps/été 2010)

REUTERS/Benoit Tessier

10. Inspiration juif orthodoxe, version 2013

(Oscar de la Renta, automne/hiver 2013/2014)

Capture d'écran du site DNAInfo
3 réactions

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte