«Bang with Friends», l'appli pour faire du sexe ou savoir qui veut faire du sexe sur Facebook

La page d'accueil de Bang With Friends

La page d'accueil de Bang With Friends

Vous voulez du sexe mais avec des gens que vous connaissez? Vous vous êtes toujours demandé si ce mec friendé sur Facebook après une soirée en voulait à votre corps? Ou si vous aviez une chance avec cette fille du lycée? Vous pleurez encore la disparition du poke à l'ancienne sur Facebook? Découvrez Bang With Friends («Baiser avec des amis»), une application à l'objectif simple: vous mettre en relation avec vos amis Facebook qui sont partant pour un plan cul avec vous.

Tout l'intérêt / l'originalité de l'appli est que personne ne se déclare de manière unilatérale: prenons comme exemple, au grand hasard et pour la gloire, Jean-Laurent et Cécile. Ils travaillent dans le même open space et ne veulent pas risquer de se prendre un gros vent, qui plomberait l'ambiance au boulot.

Etape 1: Cécile se rend sur Bang with Friends et se connecte à l'appli via son profil Facebook. S'affiche alors une liste de tous ses contacts Facebook masculins, ou qui n'ont pas déclaré leur genre sur le réseau social. Elle clique sur Jean-Laurent, dont le statut sur son Bang With Friends passe de «Down to Bang» (J'aimerais bien la baiser) à «Awaiting Bang» (En attente de baise).

Etape 2: Jean-Laurent ne sait rien de ce que Cécile vient de faire. Il se connecte également via Facebook à l'appli Bang With Friends, et clique sur Cécile.

Etape 3: Cécile et Jean-Laurent reçoivent chacun un mail de Bang With Friends qui leur apprend la bonne nouvelle:

Le mail envoyé à Jean-Laurent dit:

«Salut, sexy!

Ton amie Cécile veut faire des trucs coquins avec toi!

Envoie un message depuis Facebook et éclate-toi avec ta nouvelle sex friend»

ATTENTION! L'appli a une option très fourbe: au moment d'accepter qu'elle accède à vos informations Facebook, elle propose automatiquement que vos amis puissent voir l'activité liée à cette application sur votre profil. Si vous acceptez, vos amis verront que vous êtes sur Bang With Friends quand ils voudront eux-même s'inscrire à l'appli

Exemple gênant:

Si vous voulez jouer, sélectionnez donc «Moi uniquement» dans le menu déroulant, histoire de ne pas vous retrouver dans les «utilisateurs de cette application» quand vos amis/ votre famille / votre boss s'inscrivent:

Pour Buzzfeed, l'appli ne va pas beaucoup plus loin que la blague potache, parce qu'elle n'offre rien qu'on ne pouvait déjà accomplir sur Facebook tous seuls comme des grands:

«Combien de personnes seraient réellement prêtes à admettre qu'elles veulent faire des trucs avec un ami qui ne leur a pas déjà donné un signe d'intérêt? Est-ce qu'on ne devrait pas déjà savoir en gros quelles chances on a avec nos amis Facebook? Et puis une partie du côté dégueu de "Bang with Friends", c'est la façon dont l'appli conçoit l'amitié comme une relation qu'on noue juste pour, eh bien, baiser.»

On se demande surtout si ses utilisateurs ne s'en serviront pas plus pour savoir qui a envie de coucher avec eux que pour réellement passer à l'acte (ce qui peut d'ailleurs mener à d'autres moments gênants où chacun affirme à l'autre avoir cliqué sur «Down to bang» juste pour savoir...)

L'application ne cible pour l'instant que les hétérosexuels (c'est-à-dire qu'elle part du principe que vous êtes hétéro, même si vous indiquez le contraire dans vos paramètres Facebook), mais ses créateurs développent une version qui fonctionne pour les homosexuels (et les bi?), ainsi qu'une version iPhone, ont-ils écrit à Mashable dans un mail.

La page d'accueil –l'image instagrammée d'une jeune femme allongée en train de retirer ses vêtements– fait plus largement sentir que l'appli a été développée par des jeunes hommes. Ils sont trois, et ne souhaitent pas –bizarre– sortir de l'anonymat.

Ils disent avoir créé cette appli parce que les sites de rencontre ne rentrent pas assez vite dans le vif du sujet, et parce qu'ils trouvent que le sexe ne devrait pas être un sujet tabou. Mais quand le Daily Beast leur demande ce qu'ils feraient si leurs petits frères ou soeurs tombaient dessus, le tabou revient:

«J'empêcherais vraiment [ma petite soeur] de l'utiliser. On devrait créer des alertes qui nous préviennent si un de nos frères ou soeurs s'inscrit. Comme ça on ferme complètement le site pour eux, avec un message du genre "Désolé, on sait qui vous êtes".»