JO-Londres-2012JO Londres 2012 directLife

Oscar Pistorius: le secret de ses crampons

Ludivine Olives, mis à jour le 13.08.2012 à 11 h 57

Blade Runner (Oscar Pistorius) / Will Clayton via FlickrCC LicenceBy

Blade Runner (Oscar Pistorius) / Will Clayton via FlickrCC LicenceBy

L’une des images marquantes des JO de Londres restera la participation d’Oscar Pistorius. Amputé des deux jambes à l’âge de 11 mois, le Sud-Africain a su se hisser en demi-finale du 400m et participer à la finale du relais 4x400m du haut de ses lames de carbone. Il a fini à la huitième et dernière place de la demi-finale du 400m avec un temps de 46"54. Dernier relayeur lors de la finale du relais 4x400m, il a également terminé à la huitième et dernière place avec un temps de 3 minutes et 3 secondes.

Un moment historique pour l’athlète, comme le souligne Europe1 en citant un tweet du coureur sud-africain: «Je ne peux pas décrire les sentiments que j'ai eus cette semaine. Merci à vous tous pour avoir joué un rôle dans l'une des meilleures semaines de ma vie»

Pourtant, la participation de l’athlète ne sait pas faite sans heurt, outre la question éthique que pose la présence d’un sportif paralympique lors de cette compétition, des problèmes techniques sont également intervenus. Quelle tenue, et plus précisément quelles chaussures porter lorsqu’on a des lames de carbone?

La priorité fut d'ajouter des crampons aux lames en carbone bien trop lisses pour adhérer au sol. Les poser fut un véritable cauchemar qui prit des heures: les crampons ont été installés un à un et à la main.

Fastcodesign  explique que le gros avantage d’Oscar Pistorius est d’avoir Nike comme sponsor et de pouvoir ainsi bénéficier des dernières avancées technologiques.

Pour le concepteur Nike, Tobie Hatfield, toute la difficulté venait du fait de réinventer complêtement une semelle et des crampons. Tout ce qui a été fait jusqu’à présent s’adaptait à un pied humain dont l’articulation est tout à fait différente de celle d’une lame.

Oscar Pistarius a dû courir sur des tapis roulant dans le laboratoire Össur (qui a crée ses lames de carbone) pendant trois heures pour tester les différents prototypes qu’on lui proposait. Un exercice fastidieux d'autant plus que le coureur ne pouvait évidemment pas sentir de gène ou de douleur directement dans les pieds: difficile de savoir si les prototypes lui convenaient ou risquaient de lui abimer les genoux.

La conception d’une semelle fut également compliquée: elle devait diminuer la charge sur les genoux d’Oscar Pistorius sans lui faire pour autant de la puissance.

Fastcodesign a publié une photo du produit final: The Nike Spike Pad:

pistorius

Ludivine Olives
Ludivine Olives (120 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte