JO-Londres-2012JO Londres 2012 directLife

La médaille d'or du chauvinisme décernée à Nelson Monfort (et Alexandre Boyon)

Pauline Moullot, mis à jour le 07.08.2012 à 14 h 29

Capture d'écran des journalistes de la BBC lors de la victoire du britannique Mo Farah au 10.000 mètres le 4 août.

Capture d'écran des journalistes de la BBC lors de la victoire du britannique Mo Farah au 10.000 mètres le 4 août.

Le Wall Street Journal s’interroge sur le chauvinisme des journalistes dans la salle de presse des Jeux olympiques de Londres. Et prennent les Français pour exemple en attribuant la médaille d’or du chauvinisme des commentateurs sportifs à Nelson Monfort. Un problème avec les commentateurs français que Yannick Cochennec avait déjà soulevé sur Slate.

Alors que Nelson Monfort aurait déclaré «bien sûr que nous sommes heureux de voir les Français gagner, mais je me vois comme un citoyen du monde (…) Je ne suis pas du tout chauvin», le Wall Street Journal questionne sa bonne foi et prend en exemple l’enthousiasme des commentateurs lors de la victoire des Français au 4x100 mètres nage libre.

Si sur Twitter, Thomas Baïetto de France Tv Info relève que les journalistes ont pourtant confondu Nelson Monfort et Alexandre Boyon, le résultat est le même. L’élan d’enthousiasme des Français a poussé les Anglais à commenter:

«Les commentateurs français à notre droite deviennent encore plus fous (…) Je veux dire, ils sautent absolument partout

Même les Américains ne sont pas épargnés par le chauvinisme ambiant. «Les chaines américaines, qui ne prennent que rarement ouvertement parti, ne laissent aucun doute sur leurs allégeances durant ces Jeux» juge le Wall Street Journal. Par exemple, les épreuves des JO sont diffusées aux Etats-Unis de manière à ce que les téléspectateurs américains ne voient que les Etats-Unis contre un autre pays du monde.

Les journalistes américains de la vieille école avaient pourtant pour habitude d’être plutôt stricts concernant la règle «pas d'acclamations en salle de presse». En 2011, un journaliste freelance du site web Sports Illustrated a même vu son contrat terminé après avoir applaudi lors de la victoire d’un outsider de la course automobile Daytona 500.

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte