JO-Londres-2012JO Londres 2012 directLife

Pourquoi les nageurs portent-ils tous des casques?

Pauline Moullot, mis à jour le 03.08.2012 à 11 h 04

Les nageurs des JO arrivent tous très concentrés au bord du bassin, un casque sur les oreilles. Mais pourquoi les gardent-ils?

Michael Phelps à Londres le 31 juillet 2012. REUTERS/Toby Melville

Michael Phelps à Londres le 31 juillet 2012. REUTERS/Toby Melville

Ils ne sont pas les seuls à le faire, mais c’est sur eux qu’on le remarque le plus. Avant de se jeter à l’eau, les nageurs des JO ont tous le même attirail: combinaison, lunettes, bonnet de bain et… casque audio. De gros écouteurs bien voyants de préférence.

Pourquoi les nageurs portent-ils tous un casque avant les compétitions?

Même si l’attitude peut sembler un peu distante avec le public dans les gradins, porter un casque leur permet de s’isoler et d’augmenter leur concentration. Dave Richards, le porte-parole de l’équipe de natation de Grande-Bretagne explique les différents types de réaction des nageurs à The Independent.

«C’est une question de choix personnel. Chaque athlète a sa propre manière de se préparer avant une course. Certains préfèrent écouter de la musique pour bloquer tous les bruits extérieurs de la foule, d’autres carburent grâce au public. Mais de toutes façons, c’est leur choix

Les nageurs portent donc des casques pour se créer une bulle dans la bulle. Si on les remarque plus en natation, c’est parce qu’ils restent plus longtemps autour du bassin avant et après une course.

Le Britannique Tom Daley aux qualifications des JO le 23 février 2012. REUTERS/Toby Melville

Le Britannique Tom Daley aux qualifications des JO le 23 février 2012. REUTERS/Toby Melville

De même en athlétisme, les athlètes attendent sur la piste en portant des casques. Mais en cyclisme, tennis ou kayak l’on voit les sportifs avec des casques à l’entrainement. Pas besoin d’arriver sur le terrain avec puisqu’ils commencent tout de suite la compétition.

Porter un casque évite aussi de devoir répondre aux sollicitations et questions des journalistes par exemple.

Mais créer une distance avec le public ne plaît pas à tout le monde. Le port des écouteurs avait été largement critiqué après le fiasco des bleus en Afrique du sud en 2010, les clubs de Brest, l’OM et l’OL avaient interdit à leurs joueurs de porter des casques quand ils rencontraient des supporters.

Le port du casque est plus volontiers toléré dans les sports individuels où l’athlète se retrouve seul et isolé avant de commencer une compétition.

Si on les remarque plus qu’avant, c’est aussi parce que les écouteurs ont été remplacés par de gros casques éclatants. Parfois aux couleurs de leur drapeau national. Comme les fameux Beats de Dr Dre, aux couleurs de l’Union Jack, qui ont été offerts à l’ensemble des athlètes britanniques.

A Vancouver en 2010, l’Américain Bill Schuffenhauer était apparu avec un casque aux couleurs du drapeau américain par exemple.

Mais pourquoi des casques et pas des écouteurs? Ce serait tout simplement un effet de mode. Comme dans le métro parisien, les casques Dr Dre et autres casques anti-bruits très voyants sont devenus beaucoup plus hype que de simples écouteurs.

En 2007 par exemple, Michael Phelps portait encore des écouteurs. Le basketteur américain Lebron James a contribué à rendre populaire les casques de Dr Dre en les portant aux JO de Pékin de 2008. Il existe même une édition limitée Lebron James des Beats de Dr Dre.

Michael Phelps aux championnats d'Indianapolis le 3 août 2007. REUTERS/Brent Smith

Mais est-on obligé de n’écouter que des beats de gangsta rap quand on met un casque?

D’après sa petite amie, le nageur néerlandais Nick Dreibergen écoute du rap hollandais avant chaque course. Sur son site officiel, Alain Bernard partage la playlist Deezer de ses «artistes préférés». On peut donc l’imaginer avoir écouté Madonna, Daft Punk, Ben Harper, Jack Johnson, Empire of the Sun… avant de remporter ses trois médailles olympiques à Pékin en 2008.

Les principales épreuves de natation se terminent, mais cela ne signifie pas la fin des casques aux JO. En athlétisme vous pourrez admirer notamment Usain Bolt portant un casque aux couleurs de la Jamaïque.

Usain Bolt à Rome le 29 mai 2012. REUTERS/Alessandro Bianchi

Usain Bolt à Rome le 29 mai 2012. REUTERS/Alessandro Bianchi

Pauline Moullot

L’explication remercie Florence Chavallard, assistante recherche à la fédération française de natation.

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte