JO-Londres-2012JO Londres 2012 directLife

Pourquoi le rugby n'est pas aux Jeux olympiques

Ludovic Job, mis à jour le 01.08.2012 à 15 h 27

Et comment il prépare son retour.

Lors de Fidji-Canada à la Coupe du monde 2007 à Cardiff, REUTERS/Phil Noble

Lors de Fidji-Canada à la Coupe du monde 2007 à Cardiff, REUTERS/Phil Noble

La scène se passe le 14 octobre 1900. Dans son bureau de l’hôtel de Beauvau, le président du Conseil et ministre de l’Intérieur Pierre Waldeck-Rousseau s’enquiert tous les quarts d’heure du déroulement d’une épreuve olympique qui se tient au même moment de l’autre côté de Paris. Au vélodrome de Vincennes plus précisément, où l’équipe de France de rugby rencontre celle d’Allemagne, devant 3.500 spectateurs. L’occasion d’une «lutte, courtoise, certes, mais violente», contre «nos ennemis de 1870» comme le dit le rapport officiel des compétitions de ces Jeux de 1900.

D’un côté, les Français en blanc, de l’autre, les Teutons en rouge et noir pour ce qui était la première rencontre sportive entre les deux nations depuis la déroute de Sedan et la proclamation du Reich.

Waldeck-Rousseau est particulièrement inquiet du déroulement de l’après-midi et d’éventuels débordements qui auraient ruiné l’image de la France, organisatrice de ces deuxièmes JO modernes, en même temps que de l’exposition universelle. Pourtant, le match, remporté 27 à 17 par les Français, fut, selon le compte-rendu officiel toujours, un bel exemple de fraternité:

«Je n'ai pas besoin de dire si le public fut content. Il envahit la piste et acclama ses compatriotes. Mais l'équipe allemande eut sa large part de bravos, et ce qui est tout à fait remarquable, c'est l'attitude très digne, absolument correcte, courtoise et sportive de cette foule patriote pendant le fâcheux début de la partie. Cela est à retenir et à méditer. Le soir un banquet des plus cordiaux réunit Français et Allemands au restaurant Corraza.»

Apprécié de Coubertin

Ainsi, le temps d’un match de rugby, les Français s’accommodaient des Fritz aux casques à pointes. Un exemple d’une valeur que l’ovalie aime à s’arroger: le respect dans la victoire et dans la défaite. Un vaste écho à l’hymne olympique.

C’est Pierre de Coubertin lui-même qui inclut le rugby au programme des JO de 1900. Il est depuis de nombreuses années un féru de ce sport, arbitrant notamment la première finale du championnat Racing-Stade français en 1882.

La France est le premier champion olympique de rugby, après avoir battu l’Allemagne donc, puis la Grande-Bretagne (27-8), représentée par une troupe ayant quitté Birmingham pour Paris la veille de la finale. Dans les tribunes ce jour-là, 6.000 spectateurs, un dimanche matin à 9h, soit la plus forte affluence de ces JO. Autre fait marquant de cette rencontre, elle permet au franco-haïtien Constantin Henrique de Zubiera de devenir le premier participant et médaillé «de couleur» aux J.O, obtenant l’or en rugby et l’argent au tir à la corde.

Dernier match de l'histoire olympique

Fort de ce succès populaire, le rugby semble donc en bonne voie pour s’installer au programme des JO, ce qu’il fit de nouveau à Londres en 1908 (victoire de l’Australie sur la Grande-Bretagne), et à Anvers en 1920 (succès des Etats-Unis sur la France 8 à 0). Quatre ans plus tard, une nouvelle troupe d’étudiants de Stanford, Berkeley et Santa Clara dispose d’une sélection française au stade olympique de Colombes, devant 20.000 personnes, sur le score de 17 à 3.

Il s’agit du dernier match de l’histoire olympique du rugby, ce qui permet donc à un aréopage d’étudiants californiens d’être les tenants du titre olympique de rugby.

Pourquoi l’histoire s’arrête-t-elle ce jour-là? Premièrement, le match fut d’une violence rare. Après un Star spangled banner conspuée par la foule, les mauvais coups pleuvent, les bagarres se multiplient, la star française Adolphe Jauréguy quitte le terrain inconscient et en sang après un placage virulent. A la fin du match, l'international français Allan Muhr (lui-même né aux Etats-Unis) résume ainsi la partie:

«C'est ce qu'on peut faire de mieux sans couteaux ni revolvers.»

Surtout, la foule, mécontente du résultat, envahit le terrain. L’image du rugby est écornée par ce manque de courtoisie et de bienséance inacceptable pour les tenants de l’olympisme bourgeois de l’époque. Le départ de Pierre de Coubertin des institutions olympiques en 1925 a enterré le ballon ovale, et l’IRB, la fédération internationale de rugby, n’est jamais devenue membre du CIO.

Mourir à XV pour renaître à VII

Depuis, l’idée de réintroduire le rugby rejaillit de temps à autre. Des sursauts bien vite oubliés, tant il apparaît impossible de caser une épreuve de XV sur les trois semaines des réjouissances olympiques, étant entendu que pour des raisons de santé, il faut au moins 5 jours de coupure entre deux matchs de rugby.

Mais les défenseurs de l’ovalie, qui savent être de véritables évangélistes quand il s’agit de faire du prosélytisme pour leur discipline, ont trouvé  leur cheval de Troie pour pénétrer à nouveau dans ce qui reste l’évènement sportif le plus suivi au monde. Si le XV n’est pas olympico-compatible, c’est par le VII qu’ils effectueront leur retour dans le giron olympique. Recalé pour 2012 (même si les Britanniques n’oublient pas leur sport fétiche), le rugby à VII a en effet été inclus au programme des jeux de Rio en 2016, au même titre que le golf, après un vote qui l’a vu écarter le squash, le karaté, le base-ball ou encore le softball.

Pourquoi ce choix? Déjà, et contrairement au XV, le niveau du VII est beaucoup plus homogène. Si les Fidji et la Nouvelle-Zélande sont les principales forces en présence, l’Australie, le Pays-de-Galles et l’Angleterre voient poindre de nombreux challengers: l’Espagne, le Portugal, la Géorgie, l’Argentine, les Etats-Unis, le Kenya ou encore la Russie, ont considérablement haussé leur niveau de jeu, dominant régulièrement des équipes traditionnelles du XV comme la France, l’Ecosse ou l’Irlande, qui ne sont pas certaines de faire partie des douze qualifiées pour le tournoi olympique.

World series

Il en va de même chez les femmes, où la Chine, le Canada, les Etats-Unis, le Brésil, la Russie, l’Espagne, la Tunisie et les Pays-Bas ont participé au dernier tournoi international de Londres en mars dernier, et se battront donc pour un billet olympique dans quatre ans. La fédération chinoise a ainsi créé un groupe professionnel avec pour mission de ramener une médaille de Rio.

«Dans un tournoi à VII, tous les pays sont capables de gagner aujourd'hui, expliquait Bernard Lapasset, le président de l’IRB, dans les colonnes de Midi Olympique.. [...] C'est un sport festif, avec un public jeune». Un point important pour un jeu qui se veut hyper spectaculaire, simple à comprendre (peu de mêlées, de mauls etc.) rapide (deux mi-temps de 7 minutes) et davantage basé sur la course et l’évitement que sur le contact et le combat.

Depuis 1999, l’IRB organise chaque année ses «World series», une compétition sur dix tournois de deux jours. Les plus relevés et les plus médiatiques ont lieu à Wellington (Nouvelle-Zélande), l’occasion d’une grande fête du déguisement, mais surtout à Las Vegas, Dubaï et Hong Kong. Le VII est aussi au programme des Jeux du Commonwealth, un évènement sportif de premier plan dans le monde anglophone.

Spectacle, commerce et universalité

L’argument économique que représente le VII comme «produit d’appel» vers le XV dans des contrées éloignées des chapelles de l’ovalie  a séduit les pontes du rugby. Et aussi le CIO, tout heureux de trouver un sport festif, spectaculaire, universalisant (imaginez des médailles pour les Fidji et les Samoa) et commercialement attractif.

L’IRB et les fédérations nationales ont d’ailleurs bien compris l’importance du VII pour leur développement. «Une médaille olympique augmenterait le pedigree de l'équipe, et le plus tôt sera le mieux», observait récemment le capitaine néo-zélandais DJ Forbes dans un pays où le VII est vu comme un bon complément du XV en termes de préparation physique et de maitrise technique, mais où il demeure bien difficile de sortir de l’ombre des All Blacks.

«Il y aura pas mal de gars qui vont se concentrer sur leur participation dans l'équipe pour la Coupe du monde (en Angleterre en 2015, ndlr) et après ça, beaucoup de All Blacks devraient aussi se concentrer sur l'équipe de VII à cause du prestige des jeux Olympiques», expliquait à l’AFP l’ancienne star de Toulon et des Blacks Tana Umaga, pour qui la spécialisation des joueurs est en cours. «Vous allez devoir probablement décider plus tôt sur ce que vous souhaitez vous concentrer: le XV ou le VII. C'est un peu comme être un sprinteur ou un lanceur de poids, vous devez choisir, vous ne pouvez pas faire les deux».

En France, après un certain retard, la FFR a pris le train en marche en créant tous azimuts des coupes et championnats ces dernières années, particulièrement dans les catégories de jeunes. Surtout, elle a fait signer des contrats fédéraux à plusieurs joueurs, s’assurant leur disponibilité à l’année pour les tournois du World Series, avec comme objectif de ne pas rater la marche olympique.

Longtemps formée d’espoirs et de pros qui y voyaient une distraction l’espace d’un tournoi, l’équipe de France accueille désormais quelques joueurs confirmés du Top 14  qui se consacrent exclusivement à la discipline, comme l’ancien Perpignanais Julien Candelon, qui fut sélectionné à XV. Les Bleus viennent d’ailleurs d’assurer leur qualification pour la prochaine Coupe du monde en Russie. Et espèrent se renforcer avec quelques internationaux dans l’optique de 2016.

Ludovic Job

Ludovic Job
Ludovic Job (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte