JO Londres 2012 directLifeJO-Londres-2012

Il réussit à pénétrer dans le stade olympique et filme tout

Ludivine Olives, mis à jour le 26.07.2012 à 17 h 27

London 2012 Olympic Stadium / Jame Mitchell via FlickrCC Licenceby

London 2012 Olympic Stadium / Jame Mitchell via FlickrCC Licenceby

Dès le 27 juillet, tous les regards seront braqués sur Londres et son stade olympique à l’occasion des JO. Alors que la sécurité devrait être la priorité, un journaliste a réussi à s’y introduire, quelques jours avant l’ouverture des Jeux, sans difficulté. Il explique son épopée, filmée sur iPhone, à Vice.

La technique de Graham Johnson pour pénétrer dans l’enceinte ultrasécurisée? Un simple casque et une veste. Habillé en chef de chantier, il a tout bêtement fait signe au garde du premier portail de sécurité de le laisser passer. Arrivé devant un second garde, il a commencé à discuter avec lui pour finalement atterrir dans les locaux sans difficulté. Il explique:

«Personne ne m’a demandé ce que je faisais là ou ne m’a demandé de pièce d’identité.»

Une fois ces deux portes passées sans encombre, il a pu accéder au stade principal, dans les tribunes, dans le couloir où se trouvent les bureaux du Président de la Fédération internationale des sports et celui du secrétaire-général, les vestiaires, les salles prévues pour les célébrations de victoire… tout.

Il découvre des vestiaires  «luxueux», mais est déçu que le matériel ne soit pas encore en place, ne pouvant pas «aller sur un trampoline»

Il décide de repartir sur les coups de 19h30. Présent dans le stade depuis 17h45, il commençait à «s’ennuyer». Durant 1h30, personne ne l’a interpellé.

Son avis sur la sécurité?

«Il n’y avait pas assez de vigiles, de toute évidence G4S n’a pas formé assez de gardiens pour assurer la sécurité [du stade] ou ils ne sont pas assez bons. Il était grand ouvert. Il y avait des centaines de milliers de kilos de matériel se trouvant juste là. »

La société G4S qui assure la sécurité du site n’en est pas à son premier impair.

The Guardian rappelle que cette société de sécurité privée a admis, seulement dix jours avant l’ouverture des Jeux de Londres, qu'elle ne pourrait fournir que 6.000 vigiles sur les 10.000 promis au comité d’organisation des JO. En catastrophe, 3.500 militaires ont été envoyés par le gouvernement, renonçant pour certains à des permissions après une mission en Afghanistan.

Mardi, 1.200 militaires ont de nouveau été mobilisés.

Ludivine Olives
Ludivine Olives (120 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte